Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

[5 ans pour…] Une Assemblée nationale éducative et culturelle

L’Assemblée nationale est installée dans deux des plus beaux monuments du patrimoine français – le Palais-Bourbon et l’hôtel de Lassay, demeures de la noblesse d’Ancien Régime transformées, par la grâce de la souveraineté populaire, en temples de la République. Mais aucun lieu n’est moins figé que notre maison, qui est, depuis la Révolution française, la caisse de résonance de la société française, le lieu aussi des conquêtes politiques, de l’Histoire en mouvement. Et, comme toutes les institutions de la République, l’Assemblée nationale a donc un rôle à jouer dans la transmission des savoirs.

 

 

C’est pour cela que dès mon investiture, j’ai mis en place un programme de parrainage et de tutorat destiné à des lycéens des quartiers populaires qui souhaitaient préparer des filières d’excellence, comme les classes préparatoires ou le concours de Sciences Po. D’abord conduit par les membres de mon cabinet, qui s’y sont investis avec ardeur, ce programme s’est ensuite élargi aux administrateurs de l’Assemblée, ce qui a permis d’accompagner de plus en plus de jeunes. Depuis lors, plusieurs dizaines de ces talentueux jeunes gens ont pu intégrer les formations d’excellence qu’ils désiraient. Je remercie chaleureusement chacun de ceux qui ont répondu à notre appel et se sont mobilisés pour la réussite de ce programme : leur engagement permet de le pérenniser, au-delà même, je l’espère, de cette législature.

Monument du patrimoine français, l’Assemblée nationale a pour autant toujours su accueillir les formes nouvelles d’art et de culture qui se déploient à travers la société. Sous cette législature, j’ai voulu prolonger cette tradition. C’est ainsi qu’en 2014, à l’heure de l’hommage aux Compagnons de la Libération, le hall de l’immeuble Jacques Chaban-Delmas a accueilli une statue réalisée par le sculpteur Vincent Barré, colonne de rameaux bourgeonnant vers le ciel, comme pour incarner la fragilité de cet idéal qui animait les combattants de 1944 et dont nous ne devons jamais oublier l’héritage.

 

 

En janvier 2015, avec le tableau de JonOne Liberté, Egalité, Fraternité, c’est le street art qui entrait à l’Assemblée nationale. En revisitant le chef-d’œuvre d’Eugène Delacroix, « La Liberté guidant le peuple », il renouvelait au cœur de notre institution la superbe allégorie du grand geste fondateur, celui de l’émancipation.

 

 

En 2016 encore, nous avons célébré l’anniversaire des soixante-dix ans des congés payés et du Front Populaire avec la grande exposition « 36/36 », qui rassemblait 36 œuvres d’artistes revenant, chacun à leur manière, sur ce symbole du progrès social. L’une d’entre elles, la toile de Peter Klasen « Liberté 36 », est désormais installée de manière pérenne dans notre institution.

 

 

Enfin, le buste d’Olympe de Gouges spécialement créé pour l’Assemblée nationale par deux talentueux artistes, Fabrice Gloux et Jeanne Spehar, est entré en salle des Quatre-Colonnes en octobre dernier, inscrivant dans le paysage de notre institution, dans cette salle qui est le cadre traditionnel des interviews parlementaires, cette grande figure féminine, symbole du combat pour l’égalité des droits.

 

 

L’Assemblée nationale est une institution républicaine ouverte aux citoyens. Entre histoire et modernité, elle fait aussi sa mission d’encourager la transmission des valeurs et des savoirs républicains, de génération en génération. C’est ainsi que nous préparons notre avenir.

Étiquettes: