Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

[5 ans pour…] Une Assemblée nationale plus écologique

L’urgence écologique, climatique et énergétique est le grand défi du XXIe siècle, le premier des chantiers du nouveau monde. Comme je l’ai souvent martelé au cours de cette XIVème législature, « nous pouvons vivre avec 4% de déficit, mais nous ne pouvons pas vivre avec 4 degrés de plus. » Au-delà des chiffres, c’est aussi l’opportunité de construire ensemble une société durable, à travers la transition écologique, véritable révolution culturelle qui doit irriguer tous les aspects de nos vies. Depuis cinq ans, j’ai voulu que l’Assemblée nationale – qui a toujours été au rendez-vous des grands défis de notre histoire – s’engage de plain-pied dans cette révolution.

Ainsi, pendant deux ans – de novembre 2013 à décembre 2015, jusqu’à la tenue de la COP 21 – l’Assemblée s’est animée une fois par mois au rythme des Mardis de l’Avenir. Ces débats pluralistes sur la transition écologique ont rassemblé des centaines de participants, débatteurs, députés, membres du gouvernement, élus locaux, mais aussi invités issus du monde économique et de la société civile, pour explorer sans tabou ni « langue de bois » les grands défis que pose l’urgence écologique. Une chose est sûre : quelle que soit la thématique que nous explorions, la transition écologique est l’occasion de réinventer notre système de développement, de manière très concrète, pour qu’il soit à nouveau facteur de progrès social. Je remercie sincèrement chacun des participants qui sont venus animer ces débats au cœur de notre institution. Je remercie particulièrement nos partenaires dans cette initiative, l’Institut du développement durable et des relations internationales avec sa fondatrice Laurence Tubiana et sa directrice Teresa Ribera, le think tank Cartes sur Table et sa présidente Agathe Cagé, La Chaîne Parlementaire – Assemblée nationale et ses présidents successifs Gérard Leclerc et Marie-Eve Malouines, l’Agence française de développement avec sa directrice générale de l’époque, Anne Paugam, le Réseau français des étudiants pour le développement durable ainsi que sa présidente de l’époque Oriane Cébile, et enfin la journaliste Amandine Bégot qui a animé chacun de ces débats avec beaucoup de talent et de professionnalisme.

Ces deux années de débats ont culminé avec l’accueil, les 4 et 5 décembre 2015 à l’Assemblée nationale, du volet parlementaire de la COP 21, préparé en lien étroit avec les présidents des commissions concernées, Jean-Paul Chanteguet, Elisabeth Guigou et Danielle Auroi que je tiens à remercier pour leur travail et leur engagement. Plus de 300 parlementaires du monde entier, représentant près de 90 parlements nationaux et plus de 20 parlements régionaux, sont venus siéger dans notre hémicycle, pour préparer ensemble l’avenir de la planète que nous avons tous en partage.


 

Au sein même de l’institution que je préside, j’ai approfondi le mouvement engagé par mes prédécesseurs pour rendre l’Assemblée plus écologique. D’importantes économies d’énergie ont été réalisées, notamment grâce à la rénovation des dispositifs d’éclairage dans l’hémicycle où nous avons réduit notre consommation d’énergie de 80%. J’ai également engagé la conversion progressive du parc automobile de l’Assemblée nationale vers des véhicules écologiques, hybrides ou électriques. La réduction et le recyclage des déchets, la compensation carbone des voyages des députés en avion, la dématérialisation des documents et procédures ou encore la prise en compte de la dimension environnementale dans les achats de restauration sont autant d’autres mesures qui ont fait avancer notre Assemblée vers plus d’écologie. Symbole de cette révolution, trois ruches trônent désormais sur les toits du Palais-Bourbon, car la préservation de la biodiversité est indispensable, y compris en ville.

Le monde de demain se prépare aujourd’hui, et le défi écologique est aussi une chance pour repenser notre modèle de développement et réduire les inégalités sociales. En s’engageant elle-même dans le développement durable et en préparant les politiques de l’avenir, l’Assemblée nationale a montré sous cette législature qu’elle est le lieu où se débattent les grands enjeux de notre monde.


Étiquettes: