Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

[5 ans pour…] Ouvrir grand les portes de l’Assemblée nationale aux citoyennes et aux citoyens

Comme le proclame la Constitution, l’Assemblée nationale a pour rôle de représenter la nation, et ce, depuis la Révolution française. Pour cela, il est essentiel qu’elle soit ce qu’elle a toujours été : la maison des citoyens. Voilà pourquoi, dès mon investiture à la présidence de cette institution, j’ai souhaité l’ouvrir davantage – dans deux directions.

D’abord en ouvrant encore un peu plus grand les portes de l’Assemblée aux visiteurs, et cela dès novembre 2012. Ainsi, plus de 700 000 personnes ont pu venir découvrir notre institution depuis 2012, soit une augmentation de 10% par rapport à la législature précédente. Oui, l’Assemblée nationale est plus que jamais la maison de tous les citoyens et de toutes les citoyennes.

Mais j’ai voulu aussi ouvrir notre institution dans une logique plus participative, plus active, car le citoyen ne doit pas être seulement spectateur de l’activité parlementaire.

Sous cette législature, j’ai donc voulu que pour la première fois, l’Assemblée s’ouvre à une vraie participation citoyenne. Plus de 20 000 personnes ont ainsi pu participer aux quatre grandes consultations citoyennes que nous avons conduites en ligne : en amont de la loi pour la préparation de la loi sur la fin de vie, en aval pour l’évaluation de la loi du 4 août 2014 sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, et sur deux grands débats de société dont je souhaite que chacun puisse se saisir, l’avenir de nos institutions et l’avenir de l’Europe. Cet outil novateur de la consultation permet à tous les Français qui le souhaitent de donner leur avis sur les textes qui sont soumis aux députés, et sur les grandes questions qui préparent notre avenir.

Pour favoriser à la fois la transparence de la vie parlementaire, et la participation des citoyens à la vie publique, j’ai également décidé l’ouverture des données de l’Assemblée nationale, de manière à ce qu’elles soient accessibles et exploitables par tous sur Internet. Depuis juillet 2015, nous avons mis en ligne plus de 800 000 documents au format « open data » : toutes les données relatives à l’activité parlementaire sont désormais disponibles sur le portail dédié de l’Assemblée nationale.

En novembre dernier, le premier « data camp » de l’Assemblée nationale a consacré l’entrée de notre institution dans l’ère de l’open data. Plus d’une centaine de participants volontaires, représentants de la société civile, ont travaillé sur les données mises à disposition pour élaborer des projets utiles au citoyen. Deux d’entre eux ont particulièrement convaincu : la géocalisation des attributions de la réserve parlementaire – publique depuis 2013 – et la visualisation dans l’hémicycle du résultat des scrutins publics, à l’image de ce qui se fait au Parlement européen. Ces projets ont été retravaillés au lendemain du data camp, en lien étroit avec les services de l’Assemblée nationale, et seront prochainement disponibles sur le site de l’institution.

Il y a là une vraie avancée démocratique, pour le citoyen comme pour les députés. Le mouvement que nous avons impulsé est désormais bien lancé et s’inscrit d’ores et déjà sur le long terme, avec un travail commun entre citoyens et services de l’institution autour de projets précis. A chacune des étapes de cette petite révolution, j’ai senti l’attente très forte de la société civile et des citoyens. Cette aspiration à participer davantage à la vie publique est un signe très encourageant pour la vitalité de notre démocratie. Les institutions de la République doivent continuer à l’encourager : elles n’en sortiront que plus fortes.

Étiquettes: