Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Pour un sursaut européen

Je me rends aujourd’hui près de Prague, à Stirin, à l’invitation de mon homologue tchèque Jan Hamacek, président de la Chambre des députés de la République tchèque.

Les présidents de Parlement du groupe de Visegràd m’ont invité pour parler de l’avenir de l’Union européenne et du renforcement des Parlements nationaux. Depuis toujours, et notamment dans mon livre de 2013 L’urgence européenne, je plaide pour un renforcement du rôle des parlements nationaux dans le sursaut populaire européen. Représentant la volonté générale des peuples, les parlements sont peut-être la clef du tournant social et populaire de l’évolution d’une Union européenne trop obsédée de critères budgétaires, de finances et d’aides d’Etat.

Je m’exprime à cette occasion devant les Présidents des Chambres tchèque, slovaque, polonaise et hongroise, les quatre pays d’ex Europe de l’Est ayant constitué un groupe informel de discussion politique dit groupe de Visegrád. En 1991, juste après la chute du Mur de Berlin, ces pays ont en effet décidé de créer une faculté d’échanges afin de faciliter leur intégration dans le concert européen. Ils ont décidé de la fonder à Visegràd, ville de Hongrie, au bord du Danube, à la célèbre forteresse où, en 1336, les rois de Bohême, de Pologne et de Hongrie avaient déjà signé une alliance.

Je plaiderai devant nos amis de Visegràd la déclaration commune que j’ai signée avec Norbert Lammert, Mars Di Bartolomeo et Laura Boldrini, mes homologues allemand, luxembourgeois et italien le 14 septembre 2015 où nous appelions à un sursaut européen pour que l’Union européenne s’engage dans davantage d’intégration. Plus d’une dizaine de pays de l’Union ont, à notre suite, signé ce texte.

Je rendrai compte également de la consultation populaire et citoyenne sur l’avenir de l’Union européenne que j’ai proposée à nos concitoyens sur le site de l’Assemblée nationale, et qui donnera des résultats dès le début du mois de mai.

Plus que jamais, à l’heure des défis que pose l’arrivée massive des victimes des guerres, à l’heure du doute du peuple anglais, l’Europe doit s’affirmer comme la grande idée philosophique de dizaines de peuples qui veulent être plus forts, qui veulent vivre mieux ensemble, qui veulent conquérir de nouveaux droits, une meilleure qualité de vie, une puissance plus humaine. L’Europe, ce n’est pas seulement la paix, mais aussi des techniques médicales, des transports plus sûrs, des concerts, des artistes, des infrastructures, des investissements, des échanges d’études, des recherches accélérées, des innovations ! Les doléances et les souffrances des peuples européens doivent être entendues, pour que les finances laissent place aux biens communs et aux prospérités populaires.

Retrouvez le discours que j’ai prononcé à cette occasion: 

Étiquettes: