Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Mon allocution à l’occasion du dîner offert par M. Nguyen Sinh Hung, Président de l’Assemblée nationale du Vietnam

Monsieur le Président de l’Assemblée nationale,

Monsieur l’Ambassadeur,

Nous vivons depuis ce matin une merveilleuse expérience.

En France, le Vietnam est connu, aimé, célébré comme un pays très prestigieux, à l’histoire passionnante, aux talents multiples, lancé vers l’avenir.

De nombreux Français rêvent de visiter le Vietnam, d’être au contact de sa population, de sa richesse, de ses paysages, parmi les plus connus au monde.

Les entrepreneurs français aiment votre pays, veulent s’y implanter, construire des expériences commerciales, industrielles, économiques avec les forces vives de votre population.

Les universités du Vietnam accueillent des étudiants français comme nous accueillons, en France, des étudiants vietnamiens, soucieux de découvrir notre pays, son histoire, sa culture et ses enseignements.

C’est dire que je suis arrivé ce matin dans votre magnifique pays avec, en tête, des figures historiques, des images, des attentes et un grand enthousiasme.

Depuis ce matin, tout ce que je fais, tout ce que j’entends, tout ce que je vois, est passionnant.

Je vous remercie personnellement, Monsieur le Président, de m’avoir invité dans votre beau pays. Au nom de la représentation nationale française, je vous assure de l’amitié des députés français et de leur absolue conviction que les relations entre nos deux pays seront, dans les années qui viennent, dans le siècle qui vient, de plus en plus proches, de plus en plus productives, de plus en plus fertiles.

Il est un mot, dans la devise de votre pays, que j’aime beaucoup et qui n’est pas assez utilisé dans les discours politiques européens, c’est le mot de « bonheur ».

Et vous avez tant raison de l’utiliser et de l’avoir placé sur le fronton de vos institutions. Le bonheur des peuples, le bonheur des individus, le bonheur des familles, des travailleurs, de nos jeunesses, voilà qui doit guider nos efforts, nos veilles et nos projets.

Je suis très heureux, ce soir, de partager, grâce à vous, grâce à votre hospitalité, un moment de bonheur dont je sais qu’il restera gravé dans ma mémoire et qu’il me donnera le courage de continuer à travailler au rapprochement de nos deux nations.

Je lève mon verre à l’amitié et au bonheur de nos deux peuples, le peuple vietnamien et le peuple français.

Étiquettes: