Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Depuis sept jours

Cela fait une semaine que nos nuits et nos veilles sont peuplées d’images confuses et solennelles. La nuit, le jour, des portraits de femmes et d’hommes, pour la plupart très jeunes, se rappellent à nous. Ces sourires, ces poses, ces traits, ces regards, s’adressent à nous, les survivants, pour nous enjoindre de vivre ensemble et de poursuivre la glorieuse histoire d’une nation aux valeurs universelles.

Depuis sept jours, les fonctionnaires des différents services publics comme les citoyens passants sont le visage d’une République conquérante. Héroïsmes quotidiens, gestes de solidarité et mouvements de dévouement expriment une France en éveil, soucieuse de protéger ses libertés, le sens de ses engagements, les bras ouverts, le front haut, la Marseillaise aux lèvres.

Il y a sept jours, des tortionnaires ivres de fureur ont brisé des vies, tant de vies. Ces existences précieuses ne reviendront pas, et nous n’avons pas fini de retenir nos larmes. Mais que les assassins sachent que nous savons ce qu’ils s’acharnaient à installer en France. Ils ont tenté de nous diviser, ils ont tenté de nous fractionner. Ils ont voulu réduire la France à un agglomérat d’abstractions identitaires promises à la destruction mutuelle et à la guerre civile. Infâmes orgueils qui croient rompre en quelques instants ce que des siècles de fulgurances égalitaires et populaires ont poli. Nous voici, peuple de France, avec nos immenses ressources intellectuelles, politiques, morales et éthiques.

Les institutions démocratiques n’ont pas tremblé. Plusieurs responsables du carnage ont été punis, la France s’est dotée d’un arsenal de protection ample et performant, la République s’est unie, concentrée, indivisible.

Mais nous n’oublierons jamais que parmi nous, souffrent des orphelins, des époux pour jamais séparés, des parents qui pleurent un enfant. Les martyrs de vendredi dernier aimaient les discussions, la musique, le rire et être ensemble. Leurs survivantes présences ne nous abandonneront pas.