Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

La République debout

Vendredi soir, la barbarie a dévasté nos rues et nos cœurs des pires et des plus aveugles violences. 129 femmes et hommes, pour la plupart de grande jeunesse, sont morts, sauvagement et lâchement assassinés.

Face à eux, les tortionnaires doivent savoir qu’ils trouveront un grand pays debout. La glorieuse Histoire de la France est indissociable de son discours émancipateur dont la portée universelle a assuré l’éternité. Nous attaquer, c’est attaquer l’espèce humaine, c’est attaquer la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, c’est attaquer la République de la liberté et de l’égalité.

Mes remerciements sincères à tous les présidents des groupes politiques de l’Assemblée nationale à qui j’ai proposé de signer un communiqué commun assurant les Français de la solidité et de la détermination des institutions démocratiques, et qui l’ont accepté dans l’instant. La séance de mardi des Questions au gouvernement sera entièrement consacrée à l’événement et à ses suites ; les Français veulent savoir et veulent agir.

Le Président de la République a convoqué le Congrès, députés et sénateurs ensemble, à travers qui, à Versailles, dès lundi, il s’adressera à la Nation assemblée.

J’assure de nouveau aux blessés et aux familles des victimes toute notre solidarité, et je partage avec eux leur douleur. Ils sont, aujourd’hui, la priorité de nos sollicitudes et de notre dévouement.

Les services publics de sécurité, police, gendarmerie, pompiers, protection civile, personnels des hôpitaux, médecins, infirmiers, ambulanciers, notre armée, les services de transport, ont mérité notre admiration et notre reconnaissance.

L’Histoire, une fois de plus, nous met à l’épreuve. Nos valeurs, que tout cœur de Français porte en lui, sont indestructibles. Chaque larme, chaque goutte de sang viendra renforcer notre résistance.