Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

L’aéronautique, un secteur d’avenir pour la croissance, pour l’emploi et pour l’innovation de notre Région

Hier, j’ai rendu visite, avec Roseline Sarkissian et François Kalfon, accompagnés de plusieurs colistiers, ainsi qu’avec Stéphane Troussel, ​à trois fleurons franciliens de notre filière aéronautique (Voir ici le compte-rendu de notre visite) – Le Piston Français à Savigny-le-Temple, JPB Système à Montereau-sur-le-Jard, Airbus Helicopters au Bourget – et participé à une passionnante table-ronde au Musée de l’Air et de l’Espace avec plusieurs acteurs essentiels de la filière aéronautique. Je remercie tous ceux qui m’ont accueilli.
L’Île-de-France est une grande Région industrielle disposant d’atouts uniques sur lesquels je veux m’appuyer dans mon combat pour l’emploi. Le secteur aéronautique illustre parfaitement le potentiel de notre industrie régionale. Maintenir une base industrielle, c’est une absolue nécessité, d’où mon engagement dans tous les chantiers concernant la transition vers une « industrie du futur » dont l’aéronautique a pris le virage. L’Île-de-France concentre 55% du secteur aéronautique national. La filière francilienne représente 125.000 emplois dont 40.000 essentiellement dans des grands groupes et 85.000 au sein des PME. C’est un secteur qui embauche, qui permet de faire le lien entre PME, ETI et grands groupes et qui se caractérise par une politique ambitieuse d’investissement en R&D. En un mot, c’est un secteur d’avenir, un véritable porte-drapeau de notre Région, qui d’ailleurs profite à toute la France.

Ce n’est pourtant pas un secteur sans problèmes. Sur les 3.000 établissements qui lui sont liés, moins de 7% comptent plus de 100 salariés et 60% en comptent moins de 15. Cela traduit un émiettement de la filière et une fragilité de ses TPE/PME. Par ailleurs, 2.000 emplois de la filière ne sont pas pourvus, faute de femmes et d’hommes disposant de la formation nécessaire pour les occuper. Nous ne pouvons laisser ce secteur dynamique face à ces problèmes sans réagir, alors même que les carnets de commandes sont remplis. Le Conseil régional doit prendre toute sa part dans le soutien à son développement. C’est la raison pour laquelle je fais quatre propositions :

D’abord, développer un pôle d’excellence aéronautique et spatial, adossé au pôle national de compétitivité ASTech Paris-Région, structuré autour du Bourget, berceau de l’aéronautique européenne et signature mondialement reconnue avec le Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace. C’est une mesure essentielle pour assurer la visibilité et donc la croissance et la création dans ce secteur, notamment pour les TPE/PME et les ETI.

Ensuite, améliorer les financements proposés aux entreprises en mettant en place un fonds d’investissement régional destiné à structurer et accompagner le renforcement de la compétitivité du tissu industriel et de la force de frappe de la Région en R&D. Nous musclerons le programme PM’Up, qui a fait ses preuves.

D’autre part, créer une cellule aéronautique régionale qui soit une véritable tour de contrôle informant et accompagnant les entreprises en offrant un suivi personnalisé de leurs projets, du recrutement de salariés au transport de marchandises en passant par l’organisation de rencontres entre les divers acteurs indispensables au bon déroulement des projets engagés. Cette cellule doit être un interlocuteur unique ne requérant pas de démarches complexes pour que la Région joue pleinement son rôle de facilitateur du travail des entreprises.

Enfin, créer des centres de formation pour les métiers industriels en Île-de-France afin de répondre aux besoins industriels identifiés de la filière, et faire en sorte que les 2.000 emplois non pourvus le soient. Il est indispensable de faire face aux ruptures technologiques et de les anticiper en formant les actifs d’Île-de-France aux outils et aux techniques les plus modernes. Les apprentis doivent être les ambassadeurs de ces outils et techniques dans les entreprises qui les recruteront.

En tant que Président du Conseil général de Seine Saint-Denis, j’ai activement porté le secteur aéronautique. Président du Conseil régional, je prolongerai et amplifierai cette action. Pour la croissance, pour l’emploi, pour l’innovation de notre Région, il est essentiel que l’aéronautique s’élève aussi haut que ses nombreux atouts le lui permettent.

» Découvrez également nos propositions pour débrider l’innovation.
Étiquettes: