Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Aujourd’hui deux images d’Ile-de-France: des produits laitiers et des Minions !

Ce matin, j’étais avec Roseline Sarkissian dans une petite commune de Seine-et-Marne pour y rencontrer des jeunes entrepreneurs. Omar A. et Ottman B. ont transformé une ancienne fromagerie en atelier de fabrication de yaourts. Ils s’approvisionnent en lait chez leur voisin, Robert V. à la tête d’une exploitation de vaches laitières.

A eux trois, ils ont construit en quelques années une économie de qualité fournissant cantines scolaires du secteur, commerces de proximité et même certains marchés en l’Ile-de-France. Leur objectif : développer des circuits courts et montrer la réalité du « made in Ile-de-France ».

Cet après-midi, changement de décors.

J’étais invité par les Illumination Mac Guff. Personne ne connait cette entreprise et pourtant, j’en suis convaincu, tout le monde connait leur réalisation. Depuis des années leurs Minions « envahissent » le film d’animation. Eh bien, pour la deuxième année consécutive, cette entreprise est le plus important créateur d’emplois culturels en Ile-de-France.

Avec l’essor du numérique et des appareils de diffusion (ordinateurs personnels, tablettes, smartphones, etc.), la production cinéma et audiovisuelle est en pleine croissance. Personne ne devrait d’ailleurs, et surtout pas mois, oublier que le leader mondial Ubisolf est une entreprise fondée en 1986 par cinq personnes, à Montreuil-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis.

L’apport de la culture à l’économie est essentiel dans notre région. Ce n’est pas anecdotique, les 4 films français en compétition lors du dernier Festival de Cannes ont tous été soutenus par la Région Ile-de-France !

Des petits entrepreneurs qui développent des circuits courts pour l’économie locale aux ingénieurs qui éblouissent nos écrans, voilà aujourd’hui deux exemples de l’excellence de notre région.

Je laisse « l’Ile-de-France bashing » à la droite et l’extrême droite.

Je préfère parler des réussites qui font aux quatre coins la fierté des Franciliennes et des Franciliens.

Étiquettes: