Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Relancer l’élevage et l’agriculture en Ile-De-France, pour une région plus prospère et plus humaine

Depuis longtemps, nous connaissons une crise de l’élevage dans notre pays. Les éleveurs souffrent de ne pas pouvoir vivre dignement de leur travail, pourtant si précieux pour tous nos concitoyens. La France aime ses éleveurs et ses agriculteurs. Ce sont eux qui nous nourrissent et qui fournissent des produits reconnus mondialement. Il est primordial de les soutenir durant cette période de crise et sur le long terme.

Dans l’immédiat, les soutenir signifie mieux fixer les prix, mieux structurer les filières, mener un combat au niveau européen pour harmoniser le respect des normes sociales et environnementales, et garantir plus de solidarité.

Mais soutenir nos éleveurs doit aller au-delà de simples mesures conjoncturelles. Il s’agit de concevoir un nouveau modèle agricole, soutenable et performant sur les plans économique, social et environnemental. Dans l’agriculture, la compatibilité entre l’économie et l’écologie – et certainement pas leur opposition – est avérée :

– Une agriculture plus économe en énergie et en eau est plus compétitive.
– Une agriculture qui prend soin de la terre et du milieu naturel est plus productive sur le moyen et sur le long terme.
– Un modèle agricole et alimentaire qui dynamise un territoire, qui favorise des circuits courts et parfois un lien directe entre producteurs et consommateurs,  crée davantage de lien social.

Le bien-être des agriculteurs exige une juste rémunération et la mobilisation de tous ces facteurs. L’export est important pour nos agriculteurs et nos produits.Mais l’agriculture doit davantage se relocaliser. Elle doit retrouver une proximité et garantir une alimentation saine pour les Français.

C’est exactement ce projet que mène la région Ile-De-France depuis 17 ans. C’est le projet que j’accélèrerai si j’en suis élu Président, en activant tous les leviers. L’agriculture de la région subit les mêmes tendances qu’au niveau national. Il y a de moins en moins de petits et moyens exploitants, une concentration accrue des surfaces et surtout un besoin d’aider les jeunes agriculteurs à s’installer. C’est pourquoi je tiens à favoriser l’agriculture paysanne et à soutenir les maraichers, à dynamiser le tissu local de producteurs et à inciter la collaboration entre les producteurs, les transformateurs et les distributeurs de la région.

Malgré la perception d’une région urbaine, la moitié des surfaces d’Ile-De-France sont agricoles. Cependant, nous, franciliens, importons toujours la majorité de nos produits. Si les Franciliens m’accordent leur confiance, j’engagerai le projet d’une « ceinture maraichère » autour de la grande couronne afin d’alimenter la région en produits locaux. Ceci permettra de recréer du lien entre les campagnes et les zones urbaines et périurbaines. Je favoriserai la consommation de produits locaux et le développement de l’agriculture biologique, notamment pour l’alimentation dans les cantines scolaires et les établissements publics, et soutiendrai plus globalement l’agriculture francilienne à travers le levier de la commande publique.

Avec la crise de l’élevage, les conservateurs découvrent les vertus d’une agriculture de proximité et d’une alimentation saine. Pourtant, en novembre 2014, lorsque la région adoptait sa nouvelle stratégie agricole « Pour une agriculture durable et de proximité », la droite régionale était la seule à voter contre, en dépit même de l’avis favorable de ses collègues centristes de l’UDI. Au-delà du manque de vision, c’est ce type de posture dont la région ne veut pas, a fortiori en cette période de crise.

Employant environ 500 000 emplois directs et indirect, l’agriculture et l’alimentation font un pilier de l’activité économique et de la cohésion sociale de notre région. Je ferai de la relance du secteur, de la formation des jeunes agriculteurs et de la transition écologique autant de priorités. Je m’engage à ce que demain, l’agriculteur francilien puisse s’épanouir au quotidien.

Étiquettes: