Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Les femmes ne doivent plus avoir peur

Le gouvernement présente aujourd’hui un plan national de lutte contre le harcèlement dans les transports. Je le salue. Le récent rapport du Haut conseil à l’égalité femmes hommes (HCEfh) inspire douze engagements volontaires et salutaires. Il faut appliquer ces mesures et les prolonger encore.

Lors de mon discours de lancement de campagne des élections régionales à Créteil, j’ai longuement insisté sur cette peur des femmes qui ne peuvent prendre un transport en commun sans appréhension, et qui, souvent, y renoncent. Comment peut-on tolérer l’idée que notre société se soit résignée à ce qu’une femme soit inquiète à l’idée de prendre les transports en commun à partir d’une certaine heure ? Comment peut-on concéder l’idée qu’un service public ne soit public qu’en fonction du sexe, de l’heure et de la peur ?

Le manque d’audace, la paresse intellectuelle, l’habitude de la résignation, les conforts de la compromission, la peur de déplaire, ont inspiré des décennies d’inaction et de suspension de toute action devant le fait accompli.

Et pourtant, les droits des femmes sont-ils si sanctifiés ? La condition des femmes est-elle si satisfaisante ? Prenons le travail : 80% des travailleurs à temps partiel sont des femmes, deux fois plus de femmes que d’hommes sont touchées par le burn-out, le travail a eu un impact négatif sur la santé de 35% des femmes contre 25% des hommes. Prenons les revenus : il y a deux fois plus de femmes pauvres que d’hommes après 75 ans, 85% des familles monoparentales sont des femmes. Prenons la vie à la maison : 80% des tâches ménagères sont assurées par les femmes, le taux d’activité des femmes chute à chaque naissance d’enfant alors que celui des hommes reste inchangé.

Le temps de transport, les conditions de circulation, la course après les difficultés de la vie accablent davantage les femmes car le moment du repos est toujours différé. Et en plus, elles devraient avoir peur ?

Les femmes d’Ile-de-France et de France ne sauraient disparaître de l’espace public après une certaine heure qu’en laissant notre pays face à des restes de barbarie. Il faut agir sans faiblesse et de faire triompher, enfin, nos principes d’égalité.

Étiquettes: