Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Pour la dignité du peuple arménien

Il y a tout juste un siècle, une tragédie s’abattait sur le peuple arménien. Aux horreurs de la guerre, se sont ajoutés des déportations et des massacres que personne aujourd’hui ne conteste, y compris à Ankara et qui ont fait plus d’un million de victimes. C’est à ces victimes que mes pensées vont aujourd’hui, ainsi qu’à leurs descendants, aux autorités et au peuple arménien tout entier.

La solidarité de la France et celle de la Représentation nationale ont été constantes. Au Palais Bourbon, résonnent encore les discours prononcés par Jean Jaurès, au tournant du XIXème et du XXème siècle. Il voulait alerter la classe politique et l’opinion publique françaises, briser le silence qui entourait les prémisses du génocide, déjà perceptible.  Un siècle plus tard, en 2001, le Parlement français adoptait une loi, brève dans sa rédaction, considérable dans sa portée : «  La France reconnaît publiquement le génocide arménien ».

La semaine dernière, j’ai eu le plaisir d’échanger avec une délégation du groupe d’amitié Arménie-France de l’Assemblée nationale arménienne, conduite par son président, M. Ara Babloyan. Nous avons pu mesurer ensemble la diversité et l’ancienneté des liens qui unissent nos deux pays, nous avons parlé d’histoire, mais nous avons, surtout, parlé d’avenir.

Les commémorations de cette année doivent être l’occasion de se projeter sereinement dans cet avenir. Je salue à ce titre les évolutions des positions de nos partenaires turcs et leur disposition à étudier ce chapitre noir de l’histoire. Je forme le vœu que les historiens, turcs et arméniens, puissent s’engager ensemble dans cette voie, qu’ils le fassent dans un avenir proche, et qu’ils offrent ainsi, à une région qui en a plus que jamais besoin, la possibilité de panser les blessures héritées du siècle dernier.

Étiquettes: