Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Journée internationale des droits des femmes

En ce 8 mars, journée internationale des Droits des femmes, chacun mesure la prégnance et l’urgence des combats à mener pour l’égalité.

Mais ne boudons pas non plus les avancées engrangées ces derniers temps. Parmi celles-ci, il est une nouvelle certitude : quels que soient les résultats des élections départementales des 22 et 29 mars prochains, nous aurons autant de femmes élues dans les départements que d’hommes.

Le nouveau mode de scrutin a fait couler de l’encre. Mais le fait est que nous sommes passés des paroles aux actes. Le 29 mars au soir, le résultat sera là : les assemblées départementales feront un bond spectaculaire en termes de parité, passant de 13,8% à 50 % de conseillères départementales. Un grand pas pour les femmes ! Un grand pas surtout pour l’égalité et la justice.

Depuis l’obtention du droit de vote et d’éligibilité des femmes en 1944, leur nombre dans les Conseils généraux n’avait guère progressé. Après 71 ans sans contrainte légale stricte, le faible pourcentage de femmes élues démontrait bien la nécessité d’une loi permettant enfin aux 52,6% du corps électoral français d’être représentés équitablement dans les instances départementales.

Ce pas dans la bonne direction ne doit cependant pas faire oublier la marche vers l’égalité qu’il nous reste encore à accomplir. A ce titre, je souhaite qu’au niveau national, à l’Assemblée, le doublement des pénalités financières pour les partis politiques s’exonérant des obligations de parité, permette de voir progresser la représentation des femmes lors des prochaines élections législatives.

Nous célébrons cette année les 70 ans des premières élections de femmes députées. Le 21 octobre 1945, 33 femmes ont été élues députées de la République française. Elles étaient institutrices, infirmières, journalistes, ouvrières, avocates, mais aussi résistantes ou survivantes de la déportation.

En hommage à ces premières femmes entrées dans l’hémicycle, nous avons souhaité avec Sandrine Mazetier, Vice-présidente, qu’une sculpture représentant Olympe de Gouges, « morte pour avoir voulu politiquer », entre à l’Assemblée nationale. Un appel à projet a d’ailleurs été lancé. Le buste d’Olympe de Gouge sera installé dans la Salle des quatre colonnes et dévoilé le 21 octobre 2015.

Étiquettes: