Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Nous sommes à un an jour pour jour de la COP 21

Nous sommes à un an jour pour jour de la 21ème Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques, la fameuse « COP21 », qui se tiendra au Bourget, en Seine-Saint-Denis, dans mon département.

La 3ème conférence environnementale vient de donner le « top départ » pour la France de notre mobilisation pour ce grand rendez-vous international historique : pas seulement celle du Gouvernement mais celle de toute la société civile. C’est l’occasion d’un grand mouvement populaire pour défendre l’avenir de la planète.

Je tiens à saluer l’ambition, la volonté et l’engagement du Président de la République sur les questions climatiques et écologiques depuis qu’il est arrivé aux responsabilités du pays. Jeudi en ouvrant la conférence environnementale, il a appelé chacun à se rassembler et à se mobiliser, bien au-delà des écologistes, des experts et des initiés.

Toutes les forces doivent être mises en tension dans l’objectif unique de la réussite de la COP21. Il ne suffit pas d’aboutir à un accord – car il y a presque toujours un accord. Il est impératif de réussir à obtenir un accord ambitieux, c’est-à-dire suffisant pour sauver l’avenir des générations futures et venir en soutien suffisant aux pays en voie de développement.

Je suis convaincu que seule la mobilisation générale de la société civile est à même de faire suffisamment pression sur les Gouvernements des différents pays pour garantir les chances de succès d’arriver à une réponse suffisante pour la planète.

Il nous faut sortir du seul cadre diplomatique onusien et lancer un grand mouvement de la société civile, à l’occasion de cet évènement historique. Les efforts de négociation des diplomates n’ont pas abouti à ce jour. Il faut par conséquent ajouter une mobilisation citoyenne très forte pour garantir les chances de succès pour l’avenir de la planète, dont celle des Parlements.

L’Assemblée nationale prendra toute sa place dans la mobilisation de la société civile pour lutter contre le dérèglement climatique. Des députés ont constitué un groupe de travail sur la préparation de la COP21, dont les 3 présidents des commissions des affaires étrangères, des affaires européennes et du développement durable, respectivement Elisabeth Guigou, Danielle Auroi et Jean-Paul Chanteguet. Ce groupe de travail rassemble des députés de tous les partis politiques et démontre que nous sommes capables de nous mobiliser au-delà des barrières partisanes dans un projet positif afin de travailler ensemble à résoudre l’un des plus grands défis de l’humanité.

C’est ainsi que nous avons décidé de soutenir tout d’abord le débat citoyen planétaire sur l’énergie et le climat préparatoire à la COP21. Les décisions prises au Bourget en décembre 2015 impacteront d’une manière ou d’une autre la vie de tous les habitants de la planète. Il est donc fondamental que leur voix puisse être entendue.

Ce débat rassemblera pendant une journée, le 6 juin 2015, des groupes de 100 citoyennes et citoyens, choisis pour refléter la diversité socio-démographique de leur pays, dans 100 pays du monde, afin de s’informer, de discuter puis de s’exprimer sur cinq grands sujets en négociation dans le cadre de la Conférence des Parties. Les résultats de ce débat, co-initié par le secrétariat de la Convention Cadre des Nations-Unies sur le changement climatique, seront un élément du processus de négociation.

En tant que parlementaires élus, nous représentons les citoyennes et citoyens de nos pays. Cependant, notre voix dans les négociations internationales n’est que secondaire et indirecte. C’est pourquoi aider à faire émerger une opinion éclairée des citoyennes et citoyens et la porter dans l’arène des discussions sur le climat nous semble un bon moyen de remplir pleinement notre rôle d’élus de la représentation nationale. En couplant notre légitimité élective et la légitimité constituante des citoyens, nous serons à même d’amener une parole forte à Paris.

Parallèlement, nous conduirons tout au long de l’année 2015 des actions de diplomatie parlementaire en rencontrant les parlementaires de certains pays clés des négociations sur la question climatique pour porter ce message d’urgence et de nécessité absolue de réussite de la COP21, pour l’avenir de la planète. Nous sommes convaincus du rôle que la diplomatie parlementaire peut jouer dans ce domaine.

Nous accueillerons également un forum interparlementaire avec Globe International et recevront les parlementaires du monde entier. La COP21 montrera que les Parlements nationaux peuvent jouer un rôle dans ces débats. Il faut faire le lien entre les négociations internationales et les changements au niveau national, via les Parlements. Les questions climatiques et environnementales doivent être l’affaire de tous : il faut les remettre dans le quotidien des citoyens. C’est aussi la responsabilité des élus de la représentation nationale.

Il est urgent d’adopter un nouveau modèle de développement, avec de nouveaux modes de consommation, de production, et avec de nouveaux emplois. Face à l’urgence climatique, c’est un grand bond qui est nécessaire à l’humanité, pas des petits pas à chaque grande messe internationale en repoussant à l’année prochaine l’essentiel des efforts. Car oui, changer implique des efforts, quand on se dit qu’il est plus simple de maintenir le statu quo. Mais on ne peut éviter le changement qui lui est déjà à l’œuvre, à savoir le dérèglement climatique et ses conséquences.

L’exemple doit venir d’en haut mais le souffle doit venir de la base, de la nation toute entière !

La somme des efforts de chacun constituera la réponse globale pour notre planète. Seule la pression citoyenne sera capable d’emporter l’adhésion et les engagements pour l’avenir de l’humanité.

Étiquettes: