Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

La paix, la paix à tout prix.

Deux individus fanatisés ont assassiné ce matin quatre fidèles priant dans une synagogue de Jérusalem. Un policier israélien a également été tué lors de l’opération de libération. Plusieurs autres fidèles, blessés, sont dans un état critique.

Ce drame insupportable s’inscrit dans un regain de violences extrêmement préoccupant en Cisjordanie et dans le Proche-Orient depuis plusieurs semaines. La stigmatisation, la recherche de coupables ou l’instrumentalisation de la haine, dans cette région regardée avec une attention malveillante par l’Etat islamique, ne conduisent qu’à des conséquences funestes pour tous les habitants d’Israël et des territoires palestiniens.

Toute réaction tendant à proclamer des culpabilités hâtives, à déclarer des justes et des injustes là il n’y a que des victimes et des citoyens vivant dans la peur n’est pas à la hauteur de l’Histoire. La seule et unique responsabilité que toute personnalité politique, partout dans le monde, doit ressentir devant ces drames est d’inlassablement répéter ce message : la paix, la paix à tout prix.

La paix, la paix à tout prix pour que les dirigeants de l’Autorité palestinienne et le gouvernement israélien se parlent entre eux et ne parlent plus à leurs franges extrémistes.

La paix, la paix à tout prix pour que ce conflit cesse de devenir un étendard au service d’exportateurs de haine professionnels, soucieux d’allumer en France et ailleurs les trainées de poudre des haines identitaires.

La paix, la paix à tout prix pour que l’Etat d’Israël ait droit à une vie dans la tranquillité et la sérénité, pour que le peuple palestinien ait droit à son autodétermination et à la maîtrise de son destin.

Trop de dirigeants et de personnes investies d’une autorité morale ou politique se servent aujourd’hui de la terreur comme de la caution de leur pouvoir, de leur influence ou de leur haine. Il est temps de rappeler qu’incarner une pensée ou diriger un Etat sans aboutir à rapprocher et pacifier les hommes est plus qu’un échec, c’est un crime historique.

Étiquettes: