Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Devoir de transmission

Dans l’exercice de mes responsabilités, il y a plusieurs sortes de journées. Des journées de travail rigoureux, des journées d’arbitrage, des journées de réflexion créative. Puis il y a les autres, celles que l’on n’oublie pas. Les dernières 24 heures appartiennent à cette dernière catégorie. Inclassables et exceptionnelles, elles demeureront longtemps dans ma mémoire car elles ont fait écho à la part de nous-mêmes qui est la plus relié à notre âme collective. L’Assemblée nationale vota tout d’abord une Résolution commune avec le Sénat des Etats-Unis qui, à l’initiative de la Vice-Présidente de l’Assemblée et députée du Calvados Laurence Dumont, reconnaît une dette de gratitude et de reconnaissance envers la génération de ceux qui libérèrent le territoire français en débarquant sur les plages de Normandie, le 6 juin 1944. A cette occasion, j’ai rencontré et rendu hommage à Léon Gautier, vétéran du Commando de fusiliers marins Kieffer, Commando qui a participé à la Libération de Ouistreham, aux portes de Caen.

Ces instants de commémoration et d’émotion ont fait écho à la rencontre que je viens d’avoir avec la Présidente du Parlement australien Bronwyn Bishop. Mme Bishop m’a entretenu de l’engagement héroïque des forces australiennes pour la défense de la liberté et de la démocratie à l’occasion de la Première guerre mondiale, ce conflit apocalyptique qui aurait dû sonner le glas de la guerre dans le monde. 60 000 soldats australiens périrent, à 10 000 kilomètres de leurs foyers. En m’apprêtant à m’associer, le 8 mai, au souvenir de la victoire contre le nazisme et le fascisme, et à participer aux cérémonies, le 6 juin prochain, de commémoration du 70ème anniversaire du Débarquement sur les rivages de la Côte de Nacre, je ressens, au-delà de la fierté pour nos aînés, l’urgence d’une nécessité : la transmission. Ces femmes et ces hommes qui ont libéré l’Europe seraient heureux de savoir que dans quelques semaines, des millions d’européens libres voteront le même jour pour élire leur Parlement commun. Certes, la résurgence des nationalismes nous inquiète, et notamment cette tendance d’exploiter les précarités et les peurs pour lancer la suspicion sur le désir de nous unir.

Lisons, écoutons, comprenons, réfléchissons. En suspendant parfois le temps affairé de nos occupations, revenons de ces voyages dans le passé enrichis de la grandeur de l’Histoire et de la sérénité des audacieux.

Étiquettes: