Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Déplacement dans l’Hérault et le Gard: entretien avec le Midi-Libre

Claude Bartolone a répondu vendredi 7 mars au matin à la rédaction de France Bleu Hérault. Ecoutez l’entretien ci-dessous:

Dans le cadre du déplacement de Claude Bartolone dans les départements de l’Hérault et du Gard vendredi 7 et samedi 8 mars, le Président de l’Assemblée nationale a donné une interview au quotidien le Midi-Libre. A lire ici.

Vous êtes l’un des rares personnages de l’Etat à faire campagne auprès des candidats. Est-ce parce que personne d’autre que vous n’est présentable en ce moment ?

Je me contente de dire oui aux candidats socialistes qui me demandent de les soutenir. C’est dans mon caractère : quand vient le temps de la bataille électorale, je me tiens aux côtés des miens. Aujourd’hui, je viens dire aux Montpelliérains combien Jean-Pierre Moure est l’homme qu’il faut pour Montpellier.

On dit que la multiplication de triangulaires avec le FN au second tour risque de faire les affaires de la gauche. C’est aussi votre avis ?

Je ne regarde pas nos adversaires. Nous devons compter sur nos propres forces. La seule campagne souhaitable, c’est de convaincre qu’il y a un modèle de gauche dans la gestion des villes, plus solidaire, plus attractif et plus écologique.

Que doit faire une liste de gauche arrivée en troisième position dans le cas d’une triangulaire difficile avec le FN ?

Barrer la route au FN. Quels que soient ses efforts cosmétiques, ses idées nauséabondes n’ont jamais varié, et les expériences de gestion de villes par le FN ont toutes été un fiasco.

L’affaire des enregistrements « Buisson » ne risque-t-elle pas de troubler l’électorat à quelques jours du premier tour des municipales ?

C’est une affaire d’une extrême gravité. Elle révèle surtout la grande naïveté de ceux qui ont permis à ce monsieur au passé bien chargé, d’avoir son rond de serviette au palais de l’Elysée.

L’Insee annonce aujourd’hui que le la courbe du chômage s’est légèrement inversée au dernier trimestre. François Hollande a-t-il eu raison finalement ?

Oui. Le premier temps du quinquennat, grâce aux emplois aidés, a permis de tenir le choc et de contenir ce qui aurait été un raz-de-marée du chômage. Le second temps, ouvert avec le pacte de responsabilité, sera celui de l’emploi marchand. Plus de compétitivité pour nos entreprises, c’est plus d’emploi pour nos compatriotes. Dans le nouveau monde dans lequel la France est entrée, la compétitivité de notre économie est la seule arme pour défendre la dignité des humbles. C’est cela, être de gauche au 21e siècle.

 

 

Étiquettes: