Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

En hommage à Pierre Bérégovoy

À mon initiative, il a été organisée à l’hôtel de Lassay une présentation de l’ouvrage « Pierre Bérégovoy en politique » en lien avec M. Olivier Rousselle, président des amis de Pierre Bérégovoy. Ce livre, coordonné par les historiens Noelline Castagnez et Gilles Morin, retrace le parcours politique et syndical de l’ancien Premier ministre.

Devant la famille de Pierre Bérégovoy, ses anciens collaborateurs, des historiens et des députés, j’ai rendu hommage au travail, au parcours et à l’héritage de l’ancien Premier ministre.

beregovoy

Mon discours prononcé à cette occasion:

Mesdames et messieurs les députés,
Chères Catherine et Lise,
Cher Didier Boulaud,
Cher amis,

Pierre Bérégovoy était un ami. C’était notre ami. Nous aurions tous dans cette salle une image à évoquer, une anecdote à raconter.

De la même façon, chacun se souvient où il était et ce qu’il faisait lorsqu’il a appris le suicide de Pierre le 1er mai 1993. C’était il y a presque 20 ans et pourtant c’était hier. C’était à Nevers, ville dont il était Maire. C’était le 1er mai, jour au combien symbolique de la fête du travail.

Mais résumer la figure de Pierre Bérégovoy à cette triste journée serait une injustice impardonnable.

Comme j’ai eu l’occasion de l’écrire dans l’avant-propos de l’ouvrage qui nous sera présenté dans quelques instants, Pierre Bérégovoy, accaparé par les fonctions gouvernementales, ne siégea que peu de temps à l’Assemblée nationale comme député de la Nièvre : de 1986 à 1988 puis de mars 1993 à sa mort.

Et pourtant, n’en doutons pas, Pierre Bérégovoy fut une figure incontournable du Parti Socialiste.

Pierre Bérégovoy était socialiste, profondément socialiste. Il s’était engagé à 21 ans à la SFIO en 1946. Il avait la passion de ses concitoyens et la passion de la République. Pierre a été de tous les combats de la Résistance à François Mitterrand en passant par Pierre Mendès France et le syndicalisme.

Il a été successivement un des artisans de l’arrivée de la gauche au pouvoir, puis le métronome de la machine élyséenne, et enfin l’architecte principal des courageuses réformes économiques des années 1980 et 1990. Alors que certains ne conçoivent le socialisme que comme un élan généreux et romantique, lumineux mais forcément bref, Pierre Bérégovoy incarne le travailleur courageux, rigoureux et digne qui garde le cap pendant la tempête. Et il en fallait du courage politique et du sang-froid pour tenir un discours de vérité alors que les difficultés économiques et sociales se succédaient.

Alors pour lui rendre hommage, pour rendre hommage à ses convictions et à son action, quoi de mieux que de donner la parole aux historiens ?

C’est le choix que j’ai souhaité faire en invitant ici, à l’Hôtel de Lassay, ceux qui travaillent sur notre histoire immédiate.Pour dépasser les polémiques médiatiques et retracer les étapes ce parcours exceptionnel, j’ai proposé à Noelline Castagnez et Gilles Morin de venir présenter l’ouvrage collectif qu’ils ont coordonné. Je les remercie d’avoir accepté mon invitation.

Je veux également ici saluer le rôle joué par Olivier Rousselle et l’association des amis de Pierre Bérégovoy, ainsi que le comité d’histoire parlementaire et politique dirigé par Jean Garrigues et Jean-François Sirinelli du Centre d’histoire de Science po.

* * *

Mesdames et messieurs,

Permettez-moi en guise de conclusion de reprendre deux qualificatifs utilisés par Jean Garrigues dans sa contribution : « homme intègre », et « militant socialiste de toujours ». Puissions-nous, responsables socialistes et républicains, nous inspirer de ces qualités.

La figure de Pierre Bérégovoy, son parcours comme ses idées, nous est précieuse et continuera longtemps à cheminer avec nous.

Je vous remercie.

Étiquettes: