Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Interview dans "Le Télégramme"

Sur le perchoir de l’Assemblée nationale depuis six mois, le socialiste Claude Bartolone est très apprécié par l’ensemble de l’hémicycle. Il livre sa vision sur la politique gouvernementale et l’apparition d’un nouveau groupe à l’Assemblée.


Quel regard portez-vous sur le psychodrame qui déchire l’UMP ?


J’observe que la droite a accompli en un seul congrès ce qui nous avait pris trois congrès (Metz, Rennes et Reims) pour nous trouver dans la même situation.

Cela génère un coût supplémentaire qui va me contraindre à différer ou à renoncer à quelques investissements qui étaient prévus. La charge supplémentaire s’élèvera à 548.000 euros par an.

Avez-vous été surpris par le résultat des trois élections législatives partielles ? Comment expliquez-vous ce résultat ?

Le taux d’abstention, comme c’est la tradition à l’occasion des partielles, a été très important (jusqu’à 70%). On ne peut pas parler d’un désaveu. Face aux graves difficultés qui découlent de la crise, il est plus facile de mobiliser contre le gouvernement plutôt qu’en sa faveur. Nous ne serons vraiment jugés qu’au moment où les électeurs seront en mesure de constater que nous serons, ou pas, sortis de la crise. Pour le moment, nous traversons la pire des périodes: c’est le temps des prises de décision. Nous ne serons pas jugés sur ces prises de décision, mais sur nos résultats.



Ces partielles sonnent pourtant comme un camouflet pour la majorité, Matignon et l’Élysée…


Non. Les trois circonscriptions concernées sont traditionnellement défavorables à la gauche. Il y a six mois, notre candidate à Béziers a été élue avec seulement dix voix d’avance à la faveur d’une triangulaire.

La gauche paie-t-elle le traitement du dossier Florange ?

Non, compte tenu du niveau d’abstention qui montre en réalité que les électeurs veulent attendre et nous juger sur des résultats concrets. 

Beaucoup de parlementaires – y compris socialistes – sont très réticents au sujet de l’interdiction du cumul des mandats.

Pensez-vous que l’Assemblée nationale adoptera cette réforme ?

Ce texte a toutes les chances de passer si l’on réussit à démontrer qu’il est destiné à renforcer la démocratie parlementaire et non pas à sanctionner les élus. Si le non cumul devait être voté sans que l’on repense la fonction parlementaire, je souhaite bien du courage aux gouvernements à venir.

Le gouvernement et sa majorité ne vivent-ils pas dangereusement en portant des projets de réforme sociétale aussi polémiques que le mariage pour tous et le vote des immigrés aux élections locales ?

Je revendique le fait que les parlementaires ne soient pas seulement des comptables, mais qu’ils soient élus pour aménager la société. En ce qui concerne le mariage gay, je suis convaincu que, dans quelques années, il sera perçu comme une cérémonie banale. Souvenons-nous que la droite avait annoncé qu’elle reviendrait sur l’avortement ou sur le Pacs. Autant de sujets sur lesquels personne n’envisage aujourd’hui de revenir. Concernant le vote des immigrés, je crois cette réforme indispensable pas seulement pour les immigrés adultes mais surtout pour leurs enfants. L’opposition tente de mobiliser l’opinion conservatrice sur ces questions parce qu’elle ne sait pas quoi dire et proposer sur les sujets importants comme l’emploi ou la réindustrialisation du pays.



La chute de la cote de popularité de François Hollande et Jean-Marc Ayrault vous inquiète-t-elle ?

Non. François Hollande nous annonçait pendant sa campagne présidentielle que le climat euphorique ne durerait pas. Nous n’avons par ailleurs pas lieu de nous inquiéter dans la mesure où l’ électorat de premier tour de François Hollande tient plutôt bien.

Considérez-vous que le gouvernement Ayrault fonctionne bien quand beaucoup d’observateurs dénoncent son « amateurisme » ?

À titre personnel, je pense qu’en période de crise, le gouvernement gagnerait à être moins nombreux.

Propos recueillis par Philippe Reinhard

Étiquettes: