Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Interview dans Le Point à propos des comités "théodule"

LePoint : Vous partez en guerre contre les «comités Theodule». Pourquoi le président de l’Assemblée se mêle-t-il de ce problème?

Claude Bartolone : Je ne pars en guerre contre personne, je veux simplement muscler l’Assemblée nationale. Le président de la République réaffirme souvent que la France est et doit demeurer une République parlementaire. Je partage cette orientation. Les députés sont élus pour voter la loi, mais aussi pour contrôler et évaluer le travail de l’exécutif et pour réfléchir aux grandes évolutions de la société française. Or certains de ces comités Theodule confisquent une part du rôle de réflexion du Parlement.

En résumé, ils prennent le travail des députés!

En quelque sorte, oui. Je suis le président chargé de façonner l’Assemblée de la fin du cumul des mandats. Lorsqu’ils n’auront plus le droit d’être à la fois parlementaires et membres d’un exécutif local, les députés pourront se consacrer plus encore qu’aujourd’hui à ce rôle de réflexion. De nombreuses questions traitées par ces comités sont du ressort de la représentation nationale, et je préfère que ce travail soit mené sous le contrôle du suffrage universel. En rapatriant cette activité chez les députés, le Parlement doit devenir le « guichet unique » de l’évaluation et de la prospection.

Que reprochez-vous à ces comités, en plus de remplir la fonction des députés?

C’est très variable. Il existe 680 comités Theodule dans notre pays. Certains sont utiles, d’autres franchement pas indispensables. Certains ont un champ d’action clair, d’autres se doublonnent. Je souhaite que nous fassions sereinement le tri. Il ne s’agit pas de couper des têtes, mais de trouver la meilleure manière de renforcer l’influence des parlementaires dans la France du non-cumul.

Que préconisez-vous?

La réduction de 30% des comités Theodule en cinq ans et la réintégration de leurs missions à l’Assemblée. J’adresserai des propositions au Premier ministre et au président de la République.

Étiquettes: