Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

La volonté de justice et de solidarité que nous portons avec François Hollande pour les Français doit aussi valoir pour les collectivités et l’Ile-de-France

Je publie dans le JDD d’aujourd’hui une tribune que je vous propose de lire ci-dessous:

La volonté de justice et de solidarité que nous portons avec François Hollande pour les Français doit aussi valoir pour les collectivités et l’Ile-de-France

Si les élus locaux sont partout en première ligne pour faire face à des inégalités qui fracturent chaque jour un peu plus le pays, l’Ile-de-France cultive les paradoxes qui minent la cohésion de la société française et bafouent la promesse républicaine d’égalité. Région la plus riche de France, et même d’Europe, les inégalités ne cessent pourtant de s’y creuser. Formidable moteur économique, elle concentre les problèmes de logement, de transports, de pouvoir d’achat et d’environnement.

Certaines collectivités y sont assignées à la double peine, celle de la raréfaction de leurs moyens quand la demande sociale explose. Est-il normal de payer plus d’impôts en Seine-Saint-Denis que dans les Hauts-de-Seine pour couvrir des dépenses sociales obligatoires plus élevées de 50% ? C’est une logique absurde, où les moins aisés paient pour les plus pauvres.

Le mécano institutionnel ne doit jamais nous faire perdre de vue l’essentiel : notre responsabilité prochaine sera que la décentralisation redevienne un gage de justice et d’efficacité. Le principal enjeu, c’est la juste utilisation des richesses. Comment refuser à l’Ile-de-France cette solidarité que nous souhaitons pour le pays avec François Hollande? Le risque, si on ne change rien ou presque, c’est de voir des territoires déjà riches toujours mieux servis, et des territoires délaissés toujours plus livrés à eux-mêmes.

Le Grand Paris ne doit pas se réduire à un métro, ni à un développement en « peau de léopard » renforçant les inégalités. Ce doit être un territoire commun, capable de susciter l’adhésion et l’identification des citoyens. Quand la vie quotidienne des habitants ignore les frontières administratives, la péréquation n’est pas à la hauteur.

L’architecture que je propose est guidée par trois grands principes : un développement équilibré géographiquement, une solidarité reposant sur la mutualisation des ressources, une légitimité démocratique directement tirée des urnes.

D’abord, le renforcement de la Région pour les grandes orientations de développement et d’aménagement. Elle a toute légitimité pour assumer cette fonction stratégique et devenir ainsi le régulateur d’un développement équilibré, notamment sur la question du logement. Cela évitera l’éternel écueil de l’opposition entre le cœur de la métropole et la grande couronne.

Ensuite, la fusion des 4 départements de Paris et de la petite couronne en un département unique en charge des compétences sociales. C’est la condition d’une solidarité effective entre les territoires par la mutualisation des richesses et des besoins, et d’une solidarité de projet. J’ai été élu à la tête d’un département pour défendre tous ses habitants, et non une position. La Seine-Saint-Denis a droit à des services publics de qualité et à une véritable solidarité.

Enfin, si l’émergence de communautés d’agglomération a été une étape importante, le périphérique ne peut rester l’horizon indépassable. Je propose de créer une communauté urbaine de Paris et la petite couronne, comme de nombreuses métropoles en France et en Europe le font. Les communes resteront évidemment l’échelon indispensable de proximité.

Le développement équilibré et solidaire doit être notre objectif collectif pour l’Ile-de-France, et je suis intimement convaincu que cette refondation est un moyen efficace d’y parvenir. C’est le sens de cette proposition. Je la crois réaliste. Je la sais juste.

Étiquettes: