Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Dans Marianne: La fin de Paris par Guy Konopnicki

Je souhaite partager avec vous cet article paru dans l’hebdomadaire Marianne concernant ma contribution au débat sur l’évolution de la gouvernance de la métropole parisienne:

Aux portes de Paris, le département de la Seine-Saint-Denis se trouve littéralement asphyxié par ses dépenses sociales. Ses recettes fiscales sont très inférieures à celles de Paris et des Hauts-de-Seine, qui demeurent le département le plus riche de France. Président du conseil général de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone préconise une solution d’évidence, la réunion des trois départements de la petite couronne et de la grosse bourgade fermée que l’on persiste à nommer Paris. C’est la première fois que le responsable d’un lambeau du vrai Paris propose d’en finir avec le charcutage de l’ancien département de la Seine. En socialiste engagé derrière François Hollande, Bartolone tonne contre Nicolas Sarkozy et sa politique d’asphyxie des collectivités territoriales. Il ne peut cependant ignorer que les principaux adversaires de son grand Paris sont les élus de gauche. Jean-Paul Huchon s’inquiète déjà pour la région dont il est président.

Bertrand Delanoë n’est guère pressé de bousculer les frontières protectrices d’une gauche bourgeoise qui croit sauver la planète en se déplaçant à bicyclette. La Mairie est de gauche, c’est épatant, quand on possède quelques mètres carrés sur le trajet du nouveau tramway. L’écologie, c’est excellent pour l’immobilier. Qu’importe si les banlieusards ne peuvent accéder au périmètre sacré, à l’heure des loisirs et des transports raréfiés.

Les quatre départements de l’ancienne Seine reproduisent un partage du pouvoir désormais obsolète. En 1965, les banlieues rouges étant concentrées au nord, les gaullistes laissèrent cette zone aux communistes. Ils étaient alors assurés de garder Paris et de tenir les Hauts-de-Seine, en dépit de fortes zones hostiles. Le Val-de-Marne était incertain et devait finalement revenir au PC. En réalité, la métropole englobe les trois départements collés à Paris.

La seule particularité de la Seine-Saint-Denis était d’être placée sous administration communiste. Or, Berlin, qui est plus étendu que nos quatre départements, a été réunifié lorsque le pouvoir communiste s’est effondré. La Seine-Saint-Denis passée sous une direction sociale-démocrate, rien n’interdit d’unifier Paris. Il faudra seulement prendre le risque de froisser la bonne conscience des privilégiés du cœur de Paris, qui sont, tout de même, des électeurs de gauche !

Étiquettes: