Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

La santé n'est pas une niche fiscale !

Le 24 août dernier, le Premier ministre annonçait l’alourdissement de la fiscalité pesant sur les complémentaires santé. Cette mesure a été votée hier par la majorité présidentielle de l’Assemblée Nationale dans le cadre du plan de rigueur.

Le secteur des complémentaires santé est devenu, ces dernières années, une des cibles privilégiées de la politique gouvernementale. En 2010, déjà, les contrats santé responsables, jusque là exonérés, étaient assujettis à la taxe spéciale sur les conventions d’assurance au taux réduit de 3,5%. Désormais, la taxation sera majorée à 7%.

Ces réformes sont à la fois injustes et coûteuses. Injustes, tout d’abord, puisque l’augmentation de la taxation est immédiatement répercutée par les mutuelles sur les assurés via une hausse des cotisations. Coûteuse, ensuite, parce que cette hausse des cotisations pousse de nombreux concitoyens à retarder ou à renoncer à des soins simples qui pourraient éviter une maladie plus grave dont la prise en charge est bien plus onéreuse.

Après les déremboursements successifs de médicaments, après les forfait médicaux et les franchises entrainant des transferts de charge croissants de l’assurance maladie obligatoire vers les complémentaires, la hausse des tarifs qui se profile est un pas de plus vers une santé considérée comme un luxe réservé à ceux qui en ont les moyens.

On nous promettait un coup de rabot sur les niches fiscales mais c’est à nouveau sur le pouvoir d’achat des classes populaires et moyennes que le rabot passe.

Étiquettes: