Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Le plan exceptionnel d’investissement en faveur des collèges de Seine-Saint-Denis est en marche !

Aujourd’hui, j’ai présenté au vote de l’assemblée départementale le nouveau schéma d’organisation des collèges qui servira de base aux nouvelles constructions ainsi que les contrats de partenariat public-privé qui vont nous permettre de mettre de l’huile dans le moteur pour 12 collèges, 7 gymnases, 6 cuisines centrales, 2 CIO et 1 internat.

Le plan va évidemment au-delà puisqu’au total : il permet la construction ou la rénovation de 21 collèges, 12 gymnases, 10 cuisines centrales, 2 CIO et 3 internats ; il concerne les 120 collèges du département grâce à un plan numérique et un programme de gros travaux. Ces 723 M€, j’ai souhaité donc les consacrer, malgré la situation budgétaire du département, à l’Education.

Comment ne pas être stupéfait de la politique du gouvernement qui coupe les crédits de l’Ecole publique en supprimant massivement des postes d’enseignants quand toutes les études montrent, d’une part, une hausse des effectifs d’élève et, d’autre part, des inégalités sociales et scolaires qui s’aggravent.

L’Etat se désengage du service public d’Education. Je le dénonce vigoureusement. Mais pour autant, je refuse de rester les bras croisés, parce que les habitants de mon département n’en peuvent plus d’attendre. Alors, j’agis. Et en agissant, je mets aussi l’Etat, et peut-être aussi mes prédécesseurs qui ont accumulé un retard inouï sur le bâti scolaire, face à leurs responsabilités. Le Plan collège, c’est un plan anti-grise mine pour l’Ecole publique. Avec les partenariats publics/privés qui permettent de financer 48% de ce plan, je donne un coup d’accélérateur aux politiques éducatives du département.

En accélérant la cadence sur nos compétences premières, en faisant entrer la culture dans les collèges et en développant un programme de lutte contre l’exclusion scolaire, le conseil général a fait de l’Education une priorité.

En proposant une nouvelle architecture éducative pour nos collèges, nous posons une pierre pour la reconquête de l’Ecole publique dans nos territoires. Penser un collège ouvert sur son environnement qui assure la sérénité de l’action éducative ; accueillant pour les parents ; lieu de pratiques culturelles et sportives, vouloir que les personnels enseignants s’engagent dans un projet éducatif partagé ; que le collège soit un lieu d’éducation au goût et à l’équilibre alimentaire ; qu’il s’adapte à l’ère numérique : telle est notre ambition. Nous mettons notre compétence de bâtisseur au service de l’acte éducatif.

Les Partenariats Public-Privé, sont les outils qui correspondent à cette stratégie de « l’éducation à tout prix ». J’ai entendu ou lu, ici et là, que les partenariats public-privé seraient une espèce de Cheval de Troie du grand capital dans nos collèges. Pour ma part, je crois fermement que ce qui encourage la fuite des élèves dans le privé ou à l’intérieur du périphérique, ce qui provoque la ghettoïsation de certaines de nos écoles, le recours à Acadomia ou autres entreprises privées qui tirent leurs bénéfices de la difficulté scolaire non prise en charge par l’Ecole, ce sont précisément le fruit des défaillances des pouvoirs publics.

Il ne s’agit donc pas de privatiser un service public mais de faire appel au financement privé pour maintenir une bonne qualité de service public. Ce plan de financement a donc un sens bien précis. Montrer que l’excellence doit être, ici, en Seine-Saint-Denis, dans l’Ecole de la république.

Étiquettes: