Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Une année de plus pour les mal logés

La fondation Abbé Pierre vient de publier son 16e rapport sur l’état du logement en France : 3.65 millions de personnes souffrent de mal logement, 1.5 millions sont en attente pour obtenir un logement social.

La crise du logement n’est pas une nouveauté. Comme chaque année, depuis trop longtemps, les associations tirent la sonnette d’alarme. La Fondation Abbé Pierre, avec la parution de son 16e rapport, pointe aujourd’hui encore une aggravation de la situation avec 150.000 mal-logés supplémentaires en 2010.

Pour le logement, comme pour bien d’autres politiques, le gouvernement devient un véritable virtuose du double langage. Après chaque rapport, on entend des « grands discours » et les promesses se multiplient. Mais en réalité, le gouvernement invente un nouvel impôt pour les bailleurs sociaux en ponctionnant, depuis 2010, leurs ressources issues des loyers de 2.5%, ou en baissant les aides à la construction de nouveaux logements sociaux de 630 millions en 2010 à 400 millions d’euros d’ici à 2012.

Face à cette situation, les collectivités agissent pour répondre aux besoins de leurs habitants. Par exemple, en Seine-Saint-Denis ce sont 6 millions d’euros investis avec le plan de lutte contre l’habitat insalubre, ou encore la création d’un fonds d’intervention de quartiers (FIQ) dédié aux plans de sauvegarde de copropriétés.

Mais les solutions doivent être prises avant tout au niveau national. Elles existent, cela passe par:

– un renforcement de la Loi SRU en passant de 20 à 25% de logements sociaux dans chaque ville et en sanctionnant de manière beaucoup plus importante les communes récalcitrantes,

– le maintient d’un effort de construction afin de produire des logements à loyers accessibles,

– un quota minimum de logements sociaux à chaque projet immobilier,

– pousser les préfets à appliquer l’ordonnance de réquisition des logements vacants,

– l’adoption d’une loi foncière pour lutter contre la spéculation sur les prix des terrains.

Étiquettes: