Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Le 22 janvier : aux cotés des parents, des enseignants et de tous les professionnels de l’éducation pour défendre l’Ecole publique !

Avec 66 000 postes d’enseignants supprimés depuis 2007, le gouvernement a décidé de continuer de sacrifier méthodiquement le service public d’éducation. La Seine-Saint-Denis n’est pas épargnée malgré les hausses d’effectifs d’élèves prévues dans les écoles et collèges et la fragilité de l’Ecole publique. Pour la rentrée prochaine, les répartitions des suppressions de postes par Département montrent que ceux qui trinquent le plus sont les lycées mais aussi particulièrement les collèges et les écoles de Seine-Saint-Denis.

Pourtant, le département connaît une hausse importante du nombre d’élèves. Avec 2200 élèves supplémentaires dans les écoles et collèges, ces mesures vont aboutir à alourdir les effectifs dans les classes. Tous les rapports récents montrent aussi un accroissement des inégalités scolaires liées aux origines sociales. En Seine-Saint-Denis, les taux de réussite sont inférieurs de presque 10 points à la moyenne nationale ! 54% des collégiens sont issus d’une catégorie sociale dite « défavorisée ».

Avec 60 postes supprimés dans les collèges et les écoles de la Seine-Saint-Denis, le gouvernement ne semble pas prendre la mesure de la situation du Département. Il justifie cette baisse par un taux d’encadrement supérieur dans le département. Comment peut-on sous-entendre, quand on connait la situation économique et sociale de ce département, les difficultés qu’il traverse, que la Seine-Saint-Denis est un territoire privilégié ? Ces décisions vont accentuer dramatiquement les difficultés des élèves de la Seine-Saint-Denis et obérer leur chance de bénéficier d’une école publique seule garante d’un enseignement de qualité accessible à tous.

Ces mesures budgétaires s’ajoutent à des réformes qui aboutissent à construire une école publique low-cost comme la réforme de la formation des enseignants.

Samedi 22 janvier et chaque jour qui passe avant les élections présidentielles, il faut faire de la défense de l’Ecole publique une priorité. Elle reste le ciment du lien social et de l’égalité républicaine Demain, la gauche doit proposer un nouveau pacte éducatif qui casse la spirale de l’exclusion et de l’échec et qui redonne espoir à la jeune génération qui aspire à vivre mieux que celle de ses parents.

Samedi, je serai aux cotés des parents, des enseignants et de leurs organisations pour porter ce message !

Étiquettes: