Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Inauguration des locaux de France 3

Monsieur le Président du Conseil Régional,
Madame le Maire de Bobigny,
Monsieur le Président de France Télévisions,
Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureux d’inaugurer aujourd’hui ces nouveaux locaux de France 3 Ile-de-France en Seine-Saint-Denis parce que je crois qu’ils vont permettre à France Télévisions de mieux assurer sa mission de service public d’information.

« La télévision a une sorte de monopole de fait sur la formation des cerveaux d’une partie très importante de la population. », écrivait Bourdieu. Effectivement, la télévision reste encore le média déterminant dans la formation de l’opinion et la première source d’information pour la majorité des Français. Alors, cette influence sur le cerveau des Français, on peut bien sûr choisir d’en faire du « temps de cerveau disponible » pour la publicité, mais on peut aussi choisir de l’utiliser pour informer, pour éduquer, pour ouvrir les esprits à d’autres horizons : c’est précisément la grandeur de la mission de service public qu’il revient à France Télévisions de conduire.

Cette influence de la télévision, elle est une raison de plus pour défendre l’indépendance de ses journalistes et de ses rédactions, et pour la garantir dans les faits, alors que nous connaissons depuis quelques mois un climat de crispation et de suspicion dans les relations entre les médias et le monde politique, largement entretenu par certaines déclarations et certains comportements au plus haut niveau de l’Etat.

Cette indépendance des rédactions et des journalistes, elle passe aussi par une information la plus proche possible de la réalité du terrain, une information précise, indépendante et sans complaisance. Cela fait longtemps que l’on sait désormais qu’il n’y a pas de démocratie véritable sans une presse libre et indépendante, ce 4ème pouvoir qui doit équilibrer les trois premiers.

Cette exigence d’indépendance, elle ne signifie pas pour autant que les pouvoirs publics doivent s’abstenir de toute initiative. Certains ont été très méfiants, voire défiants, quand j’ai proposé de soutenir à hauteur de 50 000€ l’installation de cette antenne départementale pour France 3. Mais peut-on croire sérieusement une seule seconde que cela donnera à tel ou tel élu un pouvoir d’influence et de contrôle sur ce qu’y produira la rédaction ? Ce serait avoir une bien piètre opinion des journalistes et de leur intelligence, mais il est vrai qu’il est à la mode en ce moment de sonner la charge contre eux, et personnellement je ne tiens pas à verser dans le populisme pour en faire une marque de fabrique facile.

Si le Conseil général a souhaité soutenir ce projet d’implantation locale, c’est parce que nous savons que l’information que produisent les journalistes, est aussi le résultat de contraintes matérielles, de contraintes temporelles, surtout depuis que le temps médiatique a été accéléré par les nouveaux médias et l’information en temps réel.

Et si l’on veut changer l’image de ce département, pour qu’il ne soit pas seulement traité sous l’angle du misérabilisme et des faits divers, qui existent certes mais qui ne sont qu’une partie de la réalité, il faut aussi que les journalistes soient sur place, connaissent mieux ce qui s’y fait et ce qui s’y passe, constituent des réseaux d’information solides. Par exemple, cela permettra à l’avenir de parler autant du dispositif pour l’accueil des élèves exclus que nous avons mis en place et qui donne de très bons résultats sur le terrain, que de l’expérience maladroite des fameux « ERS », conduite par le ministère de l’Education Nationale, et qui nous a hélas valu une nouvelle stigmatisation de la Seine-Saint-Denis au niveau national.

Une des caractéristiques fortes de France 3 au sein du groupe France Télévisions, c’est d’être la télévision de tous les territoires, qu’ils soient ruraux ou urbains : ces nouveaux locaux vont encore renforcer cette vocation de proximité.

Cela contribuera à donner une image plus juste de ce département. Il ne s’agit pas de vouloir cacher les difficultés que subissent hélas les habitants en matière de sécurité, en matière d’emploi, en matière de discriminations. Mais il s’agit aussi de montrer l’autre visage de la Seine-Saint-Denis, celle qui crée, celle qui innove, celle d’une jeunesse motivée qui ne demande qu’à réussir si on veut bien seulement lui en donner les moyens.

Cette implantation au plus près de la réalité du terrain, c’est donc surtout le gage d’une meilleure fiabilité et qualité de l’information, et grâce à la convention que nous avons signée, j’espère que le Conseil général pourra y contribuer dans une relation de confiance réciproque.

Il faut ajouter qu’en s’implantant en Seine-Saint-Denis, France 3 s’installe sur une vraie terre de télévision et d’images. C’est aujourd’hui avec Paris le département où la filière audiovisuelle est le mieux implantée, que ce soit pour les studios de tournage et d’enregistrement ou pour la création des technologies qui feront la télévision de demain, notamment la télévision en 3D. Cette filière de l’image, c’est un vrai marqueur d’innovation pour la Seine-Saint-Denis. Qui sait par exemple que la plupart des cars-régies qui équipent les grandes chaînes françaises sont conçus et fabriqués par une PME d’Epinay-sur-Seine qui possède un savoir-faire quasi-unique en France ? En choisissant de vous implanter en Seine-Saint-Denis, vous faites véritablement un choix d’avenir : j’espère que l’inauguration de ces locaux n’est que le début d’une histoire plus importante entre France Télévisions et la Seine-Saint-Denis. Vous voyez, Monsieur le Président, que nous sommes tout disposés à vous accueillir dans de bonnes conditions.

Enfin, comme il faut toujours voir les aspects pratiques : les studios seront maintenant à deux pas du Conseil Général, les élus n’auront que quelques centaines de mètres à parcourir, en voisins, pour répondre dans d’excellentes conditions aux questions des journalistes !

Je vous remercie.