Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Ouverture des rencontres d’échanges et de bilan sur le plan départemental « La Culture et l’Art au collège »

Monsieur l’Inspecteur d’académie,
Messieurs les Vices présidents, cher Emmanuel, cher Mathieu,
Monsieur le Directeur, cher Vincent,
Mesdames et Messieurs les principaux des collèges,
Mesdames et Messieurs les représentants des structures culturelles et artistiques,
Mesdames et Messieurs les artistes et les scientifiques,

Je suis très heureux de me retrouver parmi vous pour ouvrir ces rencontres. Elles sont un moment d’échange et de bilan à la charnière des deux années d’existence du programme départemental « La Culture et l’Art au Collège ».

Lancé en 2009, ce plan départemental a suscité un intérêt majeur avec 284 parcours qui ont mobilisé 82 structures dans 115 collèges.

Le budget départemental y a consacré 1 million d’euros l’année dernière.

Je dois vous avouer aujourd’hui que ce pari n’était pas gagné d’avance. Emmanuel Constant, Vice Président en charge de la Culture, dont je salue la persévérance, peut en témoigner.

Il n’était pas gagné d’abord parce que vous n’êtes pas sans savoir que le département connaît des difficultés financières liées à la non compensation des transferts de charges de la part de l’Etat notamment. La suppression de la taxe professionnelle est venue alourdir la facture. Mais, il n’était pas gagné aussi parce que la réforme des collectivités territoriales prévoyait de supprimer la clause de compétence générale. Ce qui entrainait le repli des collectivités sur leurs compétences obligatoires.

Il n’était pas gagner enfin parce que nous faisions le choix d’investir le champ du temps scolaire en proposant des parcours culturels, artistiques et scientifiques pour tous les élèves. J’y reviendrai.

Aujourd’hui le succès de la 1ère édition et de celle à venir – puisque nous avons validé plus de 300 parcours avec 93 structures et dans 119 collèges sur 120 pour cette 2ème édition – est le témoin que les combats que nous avons menés n’ont pas été vains.

Je dis « combats» parce que rappelez-vous du 19 décembre dernier où à la MC93, nous lancions l’appel national en faveur de la culture en danger. Avec près 31 500 signatures, il a permis une prise de conscience nationale. Si le gouvernement n’a évidemment toujours pas pris la mesure des conséquences des baisses du budget culturel, il a été contraint de reporter à 2015 la suppression de la clause générale des collectivités.

Nous n’avons pas gagné la guerre mais une première bataille et elle me permet d’être devant vous aujourd’hui avec ce beau programme.

Ce programme témoigne de l’engagement que le Conseil général a décidé de maintenir en faveur de la Culture sur ce territoire.

D’ailleurs, je veux vous dire aujourd’hui que nous avons décidé de sanctuariser les budgets du sport et de la culture sur 2011. Si je peux m’y engager devant vous c’est parce que nous nous sommes astreints à suivre depuis plus de 2 ans une doctrine budgétaire rigoureuse que je ne détaillerai pas ici.

Mais au-delà de la question budgétaire, c’est un choix politique, un choix pour ce que nous voulons faire de ce territoire.

Ce programme de la Culture et l’Art au collège en est d’ailleurs le plus beau symbole.

Ce choix, quel est –il ?

Il est d’abord le choix d’être du côté des artistes, du côté des lieux de diffusion et de création culturelles. La Seine-Saint-Denis doit rester cette terre d’accueil pour la création et la diffusion culturelle. Elle doit rester ce lieu d’accueil des grands évènements culturels.

C’est par un appel à projets auprès de toutes les structures culturelles et scientifiques, auprès de tous les artistes que nous mettons en place les parcours dans les collèges. Je veux saluer le haut degré de mobilisation de tous les partenaires qui ont répondu à notre appel.

En prenant en charge, chaque année, jusqu’à 3 parcours par collège, le Département permet de soutenir et de valoriser la qualité de leur travail.

Il est ensuite le choix de faire de la culture le moyen de l’épanouissement et de l’émancipation des habitants de ce département.

Avec ce programme, nous faisons un pari d’avenir, nous touchons le public de demain voire d’ailleurs les artistes de demain !

Le choix qui a été le nôtre, avec Monsieur l’Inspecteur d’académie, de mettre en place des parcours sur le temps scolaire n’est pas anodin.

D’une part, cela permet d’intégrer la culture dans les parcours d’apprentissage des élèves. Cela peut constituer des détours parfois salvateurs pour certains élèves qui à travers une activité artistique ou sportive peuvent « raccrocher » les apprentissages fondamentaux.

D’autre part, il n’y a pas de raison de laisser la question culturelle à la merci des situations individuelles et donc évidemment du capital de départ des collégiens.

Le plan départemental La Culture et l’Art au Collège répond donc à cette préoccupation forte de placer l’Education artistique et culturelle au cœur de nos projets.

Il répond à cette préoccupation de la culture pour tous.

Il n’est pas un supplément d’âme mais bien un relais de l’égalité républicaine et de l’émancipation et la formation de notre jeunesse.

Pour finir de décrire cet axe fort de la politique départementale, je veux dire que la culture pour tous ne veut pas dire la culture au rabais.

L’édition 2009 de ce programme a témoigné de la qualité des parcours et du travail effectué.

Il est le fruit de ce partenariat original entre les professeurs d’une classe et des partenaires culturels.

Je veux les remercier sincèrement de leur engagement.

Tous les champs de la création artistique peuvent être sollicités, ceux de la culture scientifique et technique aussi.

Ce n’est pas qu’une culture qui est mise en avant mais toutes les cultures dans leur diversité et leur richesse.

Cette exigence culturelle, nous la voulons pour nos enfants.

Cette exigence, nous ne la souhaitons pas que sur le plan culturel. Vous avez dû entendre parler de notre plan exceptionnel d’investissement en faveur des collèges de ce département.

Voté le 17 octobre dernier, il doit permettre de changer le visage des collèges de la Seine-Saint-Denis.

Ces collèges souvent malmenés, souvent dévalorisés, souvent évités de la part des familles qui en ont les moyens.

Ces collèges ont besoin de notre soutien.

Mais, partir à la reconquête de l’Ecole publique sur ce département, ce n’est pas clamer un slogan.

Il faut agir.

Agir sur le contenant, agir sur le contenu.

Agir pour offrir l’excellence à nos élèves.

C’est ce que vous faites tous ici dans cette salle en leur permettant d’accéder à ce qu’ils n’auraient pas spontanément.

Vous l’avez compris, j’ai acquis l’intime conviction que l’Art et la Culture devaient constituer des engagements essentiels pour les collégiens de la Seine-Saint-Denis, victimes de caricatures qui agissent comme autant de stigmates pour ses habitants, jeunes et moins jeunes.

Je me refuse à ce que ces domaines, qui ne sont pourtant pas des compétences légales d’un Conseil général, deviennent de simples variables d’ajustement budgétaire. C’est pourquoi j’ai annoncé la sanctuarisation des budgets des associations.

C’est pourquoi, je souhaite reconduire le programme CAC chaque année.

Je dis souvent que c’est ici, en Seine-Saint-Denis, que s’invente chaque jour la France de demain.

Lorsque je vous vois, ensemble, artistes et enseignants, dans cette salle, je me dis que nous pouvons gagner ce pari.

Parce que si demain, dans toutes les Ecoles de France, dans toutes les classes de France, nous avons la possibilité de proposer ce type de parcours, nous aurons fait un pas considérable.

Le grand pas d’une France qui refuse le déterminisme, qui fait de l’épanouissement de chacun et de l’émancipation de tous, le ciment de son contrat social.

Je vous remercie.