Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Défendons le droit à l'IVG !

Demain samedi, une soixantaine d’associations appellent à une grande manifestation nationale à Paris pour dénoncer les difficultés d’accès à l’Interruption Volontaire de Grossesse et pour promouvoir le droit des femmes.

Cette manifestation partira de la place d’Italie à 14 heures et rejoindra celle organisée contre la réforme des retraites à Bastille.

Chaque année, ce ne sont pas moins de 200 000 femmes souhaitant interrompre leur grossesse qui peinent à être prises en charge : fermeture de centres, refus illégaux de certains services de recevoir les jeunes filles mineures pourtant dispensées d’accord parental depuis la loi de 2001, etc…

J’ai donc tenu à interroger la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, sur la dégradation des conditions d’accès des femmes à l’IVG et particulièrement de celles vivant en Seine-Saint-Denis.

« M. Claude BARTOLONE attire l’attention de Mme la ministre de la santé et des sports sur les conditions d’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) en Seine-Saint-Denis. Selon l’enquête biennale du Mouvement Français du Planning Familial, certaines dispositions de la loi du 4 juillet 2001 ne sont pas respectées. Quatre établissements hospitaliers privés exigent un accord parental s’agissant des patientes mineures et certains médecins refusent de pratiquer des avortements au delà de la 12ème semaine d’aménorrhée. Les délais d’attente restent importants pour un premier rendez-vous dans les établissements privés (de 1 à 2 semaines). Les choix de la méthode d’avortement, médicamenteuse ou chirurgicale, et de l’anesthésie, locale ou générale, sont restreints. De plus, le nombre décroissant de structures pratiquant l’IVG ne permet pas une prise en charge satisfaisante des séquano-dionysiennes. Si la mobilisation des associations a permis le maintien jusqu’en 2011 d’un centre IVG à l’Hôpital Avicenne de Bobigny, la restructuration hospitalière fait courir le risque d’une fermeture prochaine. L’IVG constitue un droit fondamental pour les femmes, mais également un enjeu de santé publique. C’est pourquoi il lui demande quelles mesures le Gouvernement entend prendre pour garantir et faciliter l’accès à l’IVG en Seine-Saint-Denis. »

Les sites des associations initiatrices de la mobilisation :

http://www.planning-familial.org/

http://mobilisationavortementnov2010.over-blog.com/

http://www.ancic.asso.fr/ »http://www.ancic.asso.fr/

http://collectifdroitsdesfemmes.org/spip.php?rubrique5

http://collectifdroitsdesfemmes.org/spip.php?rubrique11

Étiquettes: