Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Intervention de François Fillon: une tournée d’adieux sans perspectives politiques

L’exercice n’était sans doute pas facile pour un premier ministre en sursis depuis l’annonce avant l’été d’un remaniement « d’ampleur ».

Il n’empêche. Notre pays connaît une grave crise sociale, les Français rejettent toujours massivement une réforme des retraites qui est devenue l’escroquerie du siècle. Escroquerie intellectuelle quand on tente de nous faire croire qu’un financement basé uniquement sur les salariés est juste.

Escroquerie sociale, quand cette réforme condamne des milliers de femmes et de personnes issues des classes populaires à la pauvreté.

Escroquerie budgétaire quand on essaie de nous faire croire que cette réforme équilibrera définitivement le système de retraite par répartition.

Après plus d’un mois de manifestations pour dénoncer cette triple escroquerie, on attendait du chef du gouvernement qu’il apporte des réponses pour sortir de la crise et qu’il ouvre la porte de la négociation avec les syndicats.

Nous n’avons rien eu de tout cela. Au contraire, le Premier Ministre nous a ressorti les ficelles les plus éculées de la droite française face aux mouvements sociaux : la menace du chaos avec les blocages, l’infantilisation de la jeunesse, la culpabilisation des Français.

Finalement, sur le fond comme sur la forme, cette intervention télévisée ne nous aura rien apporté. Sauf peut-être la mise en scène d’un Premier Ministre qui se veut plus sobre et plus sérieux que le Président de la République, dans la perspective des primaires de la droite.

Mais parce que l’alternance de style ne fait pas une alternative politique, nul doute que les Français auront apprécié la fin de non-recevoir délivrée par François Fillon.

Étiquettes: