Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Retraites: pari gagné

Samedi avait lieu une nouvelle journée nationale de mobilisation contre le projet de réforme des retraites que le Gouvernement tente de faire passer en force.

Même le ministre Woerth l’a reconnu le soir même : la mobilisation des Françaises et des Français a été massive. Cette déclaration montre que l’inquiétude monte dans les rangs du Gouvernement et de sa majorité parlementaire qui sont dépassés. Jouant le pourrissement du mouvement, l’exécutif prendre le risque de sa radicalisation.

A Paris, où je me suis rendu avec la Première secrétaire du PS Martine Aubry, j’ai pu constater que les rangs étaient densément fournis. Surtout, j’ai été frappé par la présence de nombreux jeunes – salariés, mais aussi étudiants et lycéens – et de familles entières. Les Français commencent à comprendre le contenu réel d’une réforme profondément injuste et inefficace, sur lequel les syndicats de salariés, les partis et mouvements progressistes essaient d’attirer leur attention depuis maintenant des mois. Ce mouvement a d’autant plus de sens qu’un autre projet est possible : en y travaillant d’arrache-pied pendant des semaines, le Parti socialiste en a fait la démonstration. La tentative du Gouvernement d’instiller dans les esprits l’impossibilité de choix entre plusieurs projets, notamment par une campagne de pub aussi coûteuse que mensongère, a d’ores-et-déjà échoué.

Le combat, qui passe aujourd’hui par le rapport de force en raison de la fin de non-recevoir délivrée par le Gouvernement aux représentants des salariés, doit continuer pour aboutir à des modifications substantielles du projet de loi, notamment à l’occasion de son examen par le Sénat. Les organisations syndicales se réuniront tout au long de la phase parlementaire à venir, décidant certainement de nouveaux modes d’action.

Au-delà, cette réforme des retraites restera, j’en suis convaincu, comme un des péchés capitaux de Nicolas Sarkozy, avec le projet de loi contre les immigrés, l’instauration d’un bouclier fiscal pour les plus aisés ou encore le démantèlement des collectivités territoriales.

Au temps des revendications succédera vite le temps électoral. Si les Français auront avant tout à juger la gestion locale de leur département ainsi que les projets présentés par les différents candidats à l’occasion des prochaines élections cantonales, ils ne pourront faire abstraction de la politique menée par le Président de la République et son gouvernement. De même, les grands électeurs ne pourront faire l’économie de l’examen des avis exprimés par les candidats aux élections sénatoriales sur la réforme des retraites quand ils se prononceront. Enfin, la question de retraites, qui reviendra immanquablement très vite dans l’actualité politique en raison du non-financement de la réforme Woerth, sera immanquablement au cœur des programmes présidentiel et législatif que les socialistes soumettront aux Français en 2012.

Étiquettes: