Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

La santé va coûter de plus en plus cher aux français

Il y a quelques mois je dénonçais la hausse du forfait hospitalier, cette nouvelle injustice sociale. Je constate que le gouvernement a décidé de poursuivre son travail de sape du système de santé français avec le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS).

Le PLFSS prévoit des mesures d’économies à hauteur de 2.5 milliards qui pèseront largement sur les assurés. Si personne ne nie que des mesures d’économies sont nécessaires, la question qui se pose est : comment faire en sorte que ces économies ne portent pas préjudice à la santé des français ? Les décisions du gouvernement font malheureusement l’impasse sur cet enjeu et ce sont bien les français qui paieront l’essentiel de l’addition avec de nouveaux déremboursements de médicaments et une hausse des tarifs des mutuelles.

Alors que le coût de la santé a augmenté de plus de 50% depuis 2001 et que 9 millions de français renoncent chaque année à des soins pour des raisons financières, ces décisions entraînent une nouvelle hausse du coût de la santé et par conséquent une détérioration de l’accès aux soins des plus fragiles. A plus long terme, ce projet renforce l’idée de la droite de transférer les missions de l’assurance maladie vers les organismes complémentaires. Le bout de ce chemin, c’est la privatisation de notre système de santé.

La droite est au moins fidèle à sa logique, une logique similaire à celle qui anime la réforme des retraites. On agite des chiffres catastrophiques (conséquence d’une mauvaise gestion) et on explique ainsi que l’on a pas le choix, il faut augmenter la participation des français.

Mais, s’il faut agir, il faut le faire en proposant un financement juste. C’est possible. Je pense à une meilleure contribution de l’industrie pharmaceutique, à des mesures favorisant les pratiques innovantes et responsables du corps médical, à un véritable « big bang » du mode de rémunération des médecins…

Je propose de réaffirmer le principe de solidarité qui caractérise notre système de santé. Voulons nous un système solidaire ou un système du chacun pour soi ? Si nous faisons le choix de la solidarité, il faut débattre de ce que cette solidarité doit payer ou non. Ce que je veux dire, c’est que l’accès à la santé étant un droit fondamental, on ne peut y toucher sans interroger les français comme le fait la droite depuis 8 ans.

Notre réforme du système de santé nécessite donc l’élaboration d’une véritable réforme et non un empilement de mesures gestionnaires qui reviennent à colmater indéfiniment des brèches.

Étiquettes: