Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Interview dans le Parisien Seine-St-Denis

Les collégiens exclus seront encadrés

Pour lutter contre le décrochage et l’échec scolaire, le conseil général lance un dispositif d’accueil et de remotivation destiné aux élèves exclus de leur collège.

Objectif « zéro élève exclu dans la rue ». Que ce soit pour un jour, une ou plusieurs semaines. Pour le président PS du conseil général, Claude Bartolone, la bataille de la sécurité passe aussi par celle menée contre le décrochage scolaire et les conséquences trop fréquentes de l’exclusion : désœuvrement, déscolarisation parfois définitive, spirale de la délinquance. L’expérimentation lancée les années précédentes dans deux collèges, Gustave-Courbet à Pierrefitte et Maurice Thorez à Stains où les élèves exclus sont accueillis et encadrés par une équipe spécialisée, s’étendra donc cette année à 24 établissements. Le département consacrera 200 000 Euros à ces dispositifs pour lesquels doit être signée, d’ici à la fin du mois, une convention avec l’Education nationale. « Toute action qui permet de faire que nos jeunes ne soient pas dans la rue vaut la peine d’être tentée, approuve Daniel Auverlot, l’inspecteur d’académie: « Celle-ci est un outil supplémentaire aux mesures déjà appliquées comme les modules-relais, les classes-relais etc. »

Claude Bartolone nous explique comment va se mettre en place ce dispositif:

Combien d’élèves peuvent être concernés ?

CLAUDE BARTOLONE : On parle toujours des plus de 4000 jeunes qui sortent sans aucun diplôme du cursus scolaire en Seine-Saint-Denis. Mais il y a aussi, chaque année, près de 900 adolescents qui font l’objet d’une exclusion temporaire. Or le résultat de l’expérience menée dans les deux collèges l’an dernier montre que 80 % des élèves accueillis n’ont pas eu de nouveau problème. Le dispositif vise à assurer une continuité scolaire durant le temps de l’exclusion. à amener l’élève à réfléchir au sens de la sanction et à le remotiver.

Comment sont choisis les partenaires ?

Un appel à projet a été lancé, ensuite la convention passée avec l’inspection académique permettra, dans chaque établissement. de faire le lien avec la ville, les associations impliquées, le personnel éducatif et les familles. Le choix des partenaires reste souple pour les communes, qui connaissent le mieux les acteurs capables de mener à bien ces projets.

Comment se fera le contrôle ?

Au sein d’un comité de pilotage départemental, réunissant tous les partenaires. Le conseil général, qui apporte son aide financière, les collectivités locales, l’Education nationale, les responsables d’associations, etc. Ce comité se réunira régulièrement, pour évaluer le dispositif en temps réel 2009 était l’année de test, 2010 est celle de la montée en puissance, 2011 pourrait conduire à généraliser le dispositif à l’ensemble des collèges du département.

Étiquettes: