Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Politique sécuritaire de N. Sarkozy: Son échec appelle une autre politique

Deux tiers des Français jugent inefficace la politique de Nicolas Sarkozy en matière de sécurité. Huit ans d’échec pour l’ancien ministre de l’Intérieur qui voulait karchériser les quartiers. Huit années perdues avec la suppression de la police de proximité remplacée par une succession de coups médiatiques et d’annonces en décalage avec la réalité. Huit années de gagnées pour l’insécurité, la délinquance et le crime organisé.

Il fallait casser les reins des trafics de stupéfiants et d’armes. Nicolas Sarkozy a cassé les reins des forces de l’ordre en supprimant des fonctionnaires de police et de gendarmerie. Il fallait sauver les enfants dans les quartiers. Nicolas Sarkozy a brisé l’école et renforcé l’image des voyous dans les cités. Il fallait enfermer les bandits. Nicolas Sarkozy veut enfermer les parents. Ce serait faux de dire que Nicolas Sarkozy n’a rien fait en matière de sécurité : il a malheureusement tout fait de travers.

En fait d’une politique intelligente et efficace en matière de sécurité et de justice, Nicolas Sarkozy est en train de conduire la France dans une dérive par rapport aux valeurs de la République. Et M. Estrosi ne trompera personne en voulant se défausser sur les élus locaux. L’échec en matière de sécurité, c’est celui de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement.

Il faut maintenant engager une politique de fond pour rétablir la sécurité en France. D’abord en matière d’effectifs de sécurité publique, il faut mettre fin à cette tragique tendance à la suppression de policiers et gendarmes car jamais on ne fera plus de police avec moins de policiers. Ensuite, il faut mettre en place une nouvelle doctrine d’emploi des forces de l’ordre qui permette à toutes les fonctions de sécurité publique d’être assurées : police de la sécurité du quotidien, police d’investigation et police d’intervention. Par ailleurs, il faut donner les moyens à la police judiciaire de démanteler les réseaux de trafiquants d’armes et de stupéfiants. Enfin, un grand programme national en faveur des jeunes décrocheurs scolaires doit être engagé.

C’est d’un véritable pacte de la sécurité publique dont a besoin la France. La gauche y est prête.

Étiquettes: