Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Plus que jamais, la culture en danger !

Cet après-midi, je serai à Avignon pour participer à un débat organisé par le Syndéac (Syndicat National des Entreprises Artistiques et Culturelles) dans le cadre du célèbre festival de théâtre créé par Jean Vilar en 1947.

Cet échange public sera l’occasion pour moi de réaffirmer, encore et encore, l’absurdité de la réforme des collectivités territoriales et la mise à sac de la Culture orchestrée par le gouvernement.

Je retournerai dans la Cité des Papes de jeudi à samedi prochain, pour prendre de nouveau la parole, à l’invitation de l’Assemblée des Départements de France et d’autres associations, devant des professionnels, des élus et les spectateurs du festival.

Est-il utile de le répéter ? Les politiques culturelles contribuent à l’épanouissement personnel et à la réussite sociale, elles favorisent le bien-vivre ensemble. Elles sont d’autant plus pertinentes en Seine-Saint-Denis, où les habitants doivent souvent faire face aux jugements discriminatoires, à une pauvreté importante et à l’indifférence de l’Etat.

Elles sont indispensables en période de crise économique, quand de nombreux repères sociaux, familiaux et matériels s’effondrent.

Rien ne doit faire oublier que le problème est avant tout financier.

Avec la disparition de la taxe professionnelle imposée par le gouvernement, les transferts de charges non compensés par l’Etat et l’explosion des dépenses sociales due à la crise, les départements voient aujourd’hui leurs ressources réduites à peau de chagrin.

Cette tentative brutale de Nicolas Sarkozy de recentraliser le pouvoir et de transformer les départements en chambres d’enregistrement, je la dénonce depuis plusieurs mois, avec de nombreux Présidents de Conseils généraux.

Aussi, dès que l’occasion me sera offerte, je continuerai à dénoncer cette mise à mort qui ne dit pas son nom, et j’espère que nous serons nombreux à porter cette revendication pour qu’enfin l’Etat nous entende !

Étiquettes: