Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Pour le retrait du décret Morano et soutien aux personnels de la Petite Enfance

Le décret sur les structures d’accueil de la petite enfance qui vient d’être publié est une attaque en règle contre le service public de la petite enfance. Il consacre une triple régression contre laquelle je me suis battu ces derniers mois, c’est à ce titre que j’ai récemment écrit à Nadine Morano.

Ce décret est un coup porté à la qualité de l’accueil des tout-petits dans les structures collectives de la petite enfance. Ce décret tape sur trois points :

– il autorise l’accueil « d’enfants en surnombre »,

– il entérine la baisse des quotas de personnels qualifiés pour encadrer les tout-petits,

– il fait entrer les « jardins d’éveil » dans le droit commun.

D’une crèche ou de tout lieu d’accueil destiné à la petite enfance, on attend qu’il favorise l’éveil et la sécurité des enfants. Cette mission de service public suppose des personnels en nombre suffisant et bénéficiant de formations adéquates.

Je suis attaché à la qualité de notre politique d’accueil des tout petits, c’est pourquoi, je maintiendrai des ratios d’encadrement supérieurs aux normes prescrites par la ministre afin de garantir les meilleures conditions d’accueil aux tout petits dans les 55 crèches du Conseil général de la Seine-Saint-Denis. De même, le Département continuera de soutenir les professionnels dans leur projet d’obtenir les qualifications requises. Je veux parler de favoriser les bourses d’étude, les contrats-emplois-formation et les places en apprentissage pour celles et ceux qui souhaitent se former. Enfin, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis ne financera pas les jardins d’éveil qui consacrent le désengagement de l’Etat sur l’éducation nationale en remplaçant des classes maternelles gratuites par ces structures payantes.

Je tiens à renouveler mon soutien aux personnels des établissements d’accueil collectifs qui se sont battus depuis des mois contre ce projet qui devient une triste réalité et je demande le retrait immédiat de ce décret.

Je demande le retrait immédiat de ce texte. Dans le cas contraire, j’étudierais la possibilité de demander son annulation devant le conseil d’Etat.

Étiquettes: