Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Réduction des postes dans l’Education nationale: un sacrifice irresponsable et dangereux

Le gouvernement a fait circuler, début mai, auprès des académies, des propositions pour réduire le nombre de professeurs dans l’Education Nationale.

Parmi ces pistes envisagées, la suppression de 15000 postes, l’augmentation de la taille des classes, le recours à des professeurs remplaçants non titulaires ou encore la réduction de la scolarisation des enfants de moins de 2 ans.

Je suis atterré par ces propositions.

Depuis plusieurs années, j’alerte le gouvernement sur les dangers d’un sacrifice brutal de l’Education Nationale : dans mon département, en Seine-Saint-Denis, j’observe au quotidien les dysfonctionnements récurrents liés aux suppressions de postes, qu’il s’agisse de non-remplacements de professeurs absents, d’échec scolaire ou encore de montée de la délinquance.

Le système éducatif est au bord de la rupture et le gouvernement a décidé d’enfoncer le clou avec des propositions qui pénalisent les élèves, précarisent les professeurs et mettent en danger l’activité des parents en diminuant leurs possibilités de scolariser leurs enfants à 2 ans.

En temps de crise plus qu’à tout autre moment, il est indispensable de renforcer les services publics qui garantissent l’égalité et la solidarité nationales. Dans l’Education nationale, cette exigence est d’autant plus forte que ce sont nos jeunes et donc la France de demain qui sont concernés.

Poursuivre dans la voie du sacrifice est donc irresponsable, et d’autant plus absurde qu’une étude récente de l’OCDE (8 septembre 2009) soulignait qu’un investissement large dans l’Education rapportait ensuite à l’Etat le double de recettes, grâce à la valeur future générée par les élèves.

Étiquettes: