Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Caillassages en Seine-Saint-Denis: L’effet boomerang de la politique de Nicolas Sarkozy

La nuit dernière, à Villepinte, à Clichy-sous-Bois, ce sont des caillassages à répétition qui ont ajouté une nouvelle chronique à l’incessant feuilleton de la violence en Seine-Saint-Denis.

Au lendemain d’annonces en fanfare du ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, et trois semaines après sa décision de faire escorter les bus menacés, ces évènements agissent comme un boomerang pour le gouvernement.

Boomerang d’une réalité du terrain contre laquelle les effets d’annonce et les coups d’éclat médiatiques ne sont qu’une réponse dérisoire. Boomerang d’un manque cruel de policiers sur le terrain contre lequel vidéosurveillance et « task force » ne sont que des placebos. Boomerang d’une absence criante de proximité et d’expertise dans les missions de la police contre laquelle escortes ponctuelles et renforts d’adjoints de sécurité ne peuvent rien.

Ce boomerang est un avertissement de plus : la violence ne peut être endiguée à coups de mesures gadgets de court terme. C’est une véritable police républicaine, renforcée de 400 policiers et agissant en matière de proximité, d’intervention rapide et d’investigation, dont la Seine-Saint-Denis a besoin.

A ce titre la nomination d’un nouveau préfet issu de la sphère policière dans le département témoigne de l’échec du gouvernement en la matière et marque la volonté d’une reprise en main de l’Etat sur l’insécurité en Seine-Saint-Denis.

Néanmoins, aucune amélioration véritable ne pourra être observée tant que le désengagement de l’Etat se poursuivra en matière d’éducation, de solidarité, de justice et, plus généralement, dans tous les services publics locaux.

Étiquettes: