Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Il faut en finir avec les emprunts toxiques, symboles de la dérive bancaire

Dans le cadre d’un capitalisme financier débridé, des banques ont proposé aux collectivités locales des « emprunts toxiques », préférant les bonus et la santé de leurs actionnaires au devoir d’information et de conseil qu’elles ont à l’égard de leurs clients dont la spéculation financière n’est pas le métier.

Ces emprunts toxiques plongent désormais les collectivités, donc les contribuables, dans une totale incertitude financière à court et moyen terme. Tout cela dans un silence assourdissant de la part de l’Etat, toujours prompt à voler au secours des banques plutôt qu’à se trouver aux côtés des collectivités locales. Lorsque la crise des subprimes a failli entrainer l’implosion du système bancaire, l’Etat a su mobiliser un effort financier sans précédent pour éviter la faillite des banques françaises.

A présent, elles sont sorties de la tourmente. Elles dégagent de nouveau des bénéfices et se distribuent des bonus impressionnants. Pourtant l’Etat persiste. On le voit lorsqu’à l’Assemblée nationale, le gouvernement s’oppose à l’amendement instaurant une taxe additionnelle sur les banques.

On le voit encore lorsque l’on sait que la « charte de bonne conduite » entre l’Etat, les collectivités locales et les banques, imaginée par le gouvernement dans l’urgence de l’actualité des emprunts toxiques, n’est toujours pas signée en dépit des avertissements sérieux de la Cour des Comptes.

Il faut maintenant en finir avec les emprunts toxiques. Les banques doivent rembourser les collectivités locales. Aujourd’hui, j’ai mis en demeure les 5 établissements bancaires qui ont réalisé de formidables bénéfices en faisant souscrire au Conseil général de Seine-Saint-Denis les emprunts les plus risqués, de revenir sur ces contrats de prêts. Sans nouvelle proposition de leur part, j’irai faire trancher cette affaire devant la Justice.

Étiquettes: