Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Un mauvais coup porte aux droits des enfants

Alors que l’on s’apprête à célébrer les 20 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE), le gouvernement prévoit la suppression du défenseur des enfants dans une loi présentée en conseil des ministres. Est-ce l’ultime coup de grâce porté au droit des enfants en France ?

Je pense que malheureusement cette décision est la suite logique d’une entreprise de destruction annoncée des droits de l’enfant. Alors que le projet de réforme de l’Ordonnance de 1945 proposé par la commission Varinard avait déjà suscité un tollé, alors que le projet de code pénal des mineurs qui en découle inquiète l’ensemble du secteur de la protection de l’enfance, c’est désormais la fin du défenseur des enfants qui est annoncée et qui constitue une étape supplémentaire d’une politique uniquement répressive en direction des jeunes. La fin de cette institution spécifique, destinée à être noyée dans une institution générale aura pour conséquence un rapprochement dangereux du droit des enfants avec celui des adultes et cela au mépris des engagements internationaux de la France. Si cette décision est irrévocable, la France entachera une fois de plus son image. Ce serait acter un retour en arrière et un renoncement à une spécificité qui fait pourtant honneur à notre pays.

Cette décision m’a choqué à deux titres. Sur la forme car elle n’a fait l’objet d’aucune concertation, d’aucun débat… Sur le fond car cette institution souple et réactive est l’affirmation de la spécificité du droit des enfants. En 10 ans, les droits de l’enfant ont gagné en visibilité et 20 000 réclamations ont trouvé des solutions pour des enfants en difficulté.

Je souhaite que le gouvernement revienne sur cette décision inique, il lui faut au contraire renforcer les moyens dédiés à la protection des enfants avec un défenseur des enfants visible, indépendant et accessible.

Étiquettes: