Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

A propos des chiffres de la délinquance…

Publication des chiffres de la délinquance : Assez du « cinéma pénal », ce sont de moyens supplémentaires dont nous avons besoin !

L’Observatoire National de la Délinquance (OND) vient de publier les statistiques 2008 des violences, département par département. Je refuse la simple stigmatisation de mon département et réclame une fois de plus un véritable plan de rattrapage en matière de sécurité.

Alors que le gouvernement se gargarise du succès de sa politique en matière de sécurité, en annonçant la baisse des chiffres de la délinquance dans notre pays, la publication des dernières statistiques de l’OND vient démontrer le contraire. En effet, cette baisse ne concerne que les atteintes aux biens, tandis que les phénomènes « d’atteinte volontaire à l’intégrité physique » explosent, avec une augmentation de 14% en 5 ans depuis 2003.

En Seine Saint-Denis, les chiffres sont particulièrement inquiétants : les destructions et dégradations progressent de près de 2% cette année, les violences physiques augmentent de 3,2% et les violences sexuelles de plus de 6,4% ! Quant aux infractions à la législation sur les stupéfiants, elles explosent cette année à plus de 14 %.

Je considère qu’il n’est pas acceptable que les 3 UTEQ mises récemment en place après la disparition de la police de proximité, dotées de quelques dizaines d’agents seulement, servent de « cache-misère » du gouvernement en Seine Saint-Denis où il manque près de 400 agents de police. C’est pourquoi, je réclame un véritable plan de rattrapage en matière d’effectifs de police qui permette aux différents commissariats de disposer enfin des moyens humains à la hauteur des missions difficiles qui leur incombent.

Une politique responsable en matière de sécurité ne peut se résumer à des gesticulations médiatiques. Aujourd’hui, ce dont la Seine Saint-Denis comme le reste du pays a besoin, ce sont des moyens supplémentaires, pas de nouveaux bidouillages juridiques, aussi inefficaces qu’inapplicables par les forces de l’ordre.

Depuis la publication de la note du préfet Cordet, en juin 2006, alertant déjà le gouvernement sur l’évolution inquiétante de la délinquance dans notre département et le manque d’effectifs de police, rien n’a malheureusement changé et le ministre de l’Intérieur de l’époque a préféré placardiser ce préfet, qui avait osé dire tout haut ce que tous les élus constataient sur le terrain depuis des années.

Nier la réalité est devenu une habitude pour Nicolas Sarkozy : il propose à chaque fait divers une nouvelle loi, un nouveau décret, une nouvelle mesure. Une fois l’actualité passée, ces mesures rejoindront le long cortège des déclarations sans lendemain : aussitôt dit, aussitôt oublié…

Pour marcher sur ses 2 jambes, une politique de sécurité implique évidemment un soutien accru à l’Education nationale, aux associations et à la prévention dans les quartiers populaires. Pour être efficace, elle nécessite également la présence de forces de l’ordre sur le terrain, ce que manifestement le gouvernement a tendance à oublier. On ne fait pas non plus de sécurité sans policiers !

Étiquettes: