Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Lettre au Premier Ministre

Le manque de personnel qui conduit aujourd’hui à une fermeture de points d’accueil de la CAF pour permettre aux agents de résorber les retards de traitement dans les dossiers des bénéficiaires est non seulement scandaleuse, mais elle fait également peser de graves incertitudes sur la mise en place du RSA. Outre les quelques 50 000 allocataires du RMI déjà existants qui basculeront dans le dispositif RSA, ce sont près de 60 000 nouvelles demandes qu’il faudra honorer à partir du mois de juin prochain, pour la seule Seine-Saint-Denis. C’est pour cette raison que j’ai envoyé au Premier Ministre un courrier l’interpellant sur les moyens alloués aux CAF :

Monsieur le Premier Ministre,

Dans un contexte de crise économique sans précédent et de précarisation accrue des foyers séquano-dionysiens, je souhaite attirer votre attention sur la situation extrêmement préoccupante dans laquelle se trouve la Caisse d’allocations familiales de Seine-Saint-Denis.L’insuffisance des moyens qui lui sont alloués est à l’origine d’un retard de plus de 15 jours dans le traitement des dossiers des allocataires. Dans le même temps, la fragilisation des situations personnelles conduit un nombre grandissant de familles à se présenter aux accueils et permanences de la Caisse d’allocations familiales.

Afin de consacrer les agents prioritairement au traitement des dossiers en attente, la Caisse d’allocations familiales de Seine-Saint-Denis est contrainte de fermer les accueils de quatre agences familles pendant trois semaines durant le mois de mars et six permanences de prestation et d’action sociale de la mi-février à la mi-mars.

Cette situation qui est imposée à la branche famille à son corps défendant est absolument inacceptable. Elle est d’autant plus préoccupante qu’au-delà des prestations familiales et de logement, la Caisse d’allocations familiales aura à prendre en charge l’instruction des demandes de Revenu de Solidarité Active à compter du 1er juin 2009. En Seine-Saint-Denis ce sont plus de 60 000 demandes à traiter qu’il faudra pouvoir honorer, au risque de compromettre la réalisation du RSA dans notre Département et de susciter le mécontentement d’une population fortement en attente par rapport à l’augmentation de son pouvoir d’achat.

A ce jour, les moyens que l’Etat a accordés à la Caisse d’allocations familiales de Seine-Saint-Denis pour la mise en œuvre du dispositif (24 emplois), tout comme ceux de la Caisse nationale d’allocations familiales au plan national, sont nettement insuffisants et ne la mettent pas en mesure d’assumer ses missions au service de la population de la Seine-Saint-Denis.

Compte tenu de la généralisation précipitée du RSA et des déclarations du gouvernement sur le caractère prioritaire du dispositif, je demande solennellement à l’Etat de renforcer en urgence les moyens de la Caisse d’allocations familiales de Seine-Saint-Denis.

Je vous prie, Monsieur le Premier Ministre, de croire à l’assurance de ma considération distinguée.

Étiquettes: