Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Interview dans France Soir

header_francesoir.jpgAutomobile : « Je ne voudrais pas que cette aide profite uniquement aux grandes entreprises »

FRANCE-SOIR. Le soutien du gouvernement apporté à la filière automobile vous semble-t-il suffisant, notamment pour prévenir les délocalisations ?
CLAUDE BARTOLONE. Je me réjouis de ce plan, mais je crains que 6 milliards ne soient pas suffisants pour faire face à toutes les difficultés de la filière et il ne faut pas que ces aides soient sans contrepartie.
Je ne voudrais pas que cette aide profite uniquement aux grandes entreprises, Renault et PSA-Citroen, mais qu’elle concerne toute la chaîne, qui va de la recherche et développement en passant par les constructeurs jusqu’aux consommateurs.
En effet, il ne faudrait pas réduire les attentes de l’ensemble de la filière aux exigences des constructeurs ou des équipementiers cotés en Bourse. Aujourd’hui, beaucoup de sous-traitants, en général de grosses PME, ont de grandes difficultés de trésorerie parce que les constructeurs étalent leurs paiements. Il faut absolument éviter qu’elles disparaissent, car au moment de la reprise économique on nous expliquerait que faute de sous- traitants qualifiés, il faudrait délocaliser !
J’ajoute qu’il ne faut pas seulement éviter les délocalisations mais peut-être aussi adapter la production française aux souhaits des consommateurs (NDLR : qui préfèrent les petites voitures aux grosses berlines).
Et puis il faut aussi tenir compte des consommateurs qui ne peuvent plus acheter de voitures parce que le crédit est devenu trop cher. Les sociétés de crédit doivent être en mesure de proposer des taux compétitifs ; je pense notamment à filiale de crédit de Renault, la Diac.

Vous avez évoqué la recherche pour l’automobile ou les transports alternatifs?
Pour l’automobile, dans le cas présent. Ce plan n’a de sens que si on préserve le court et le moyen terme et que l’on prépare le long terme. C’est pourquoi j’insiste pour que la recherche ne soit pas oubliée. Renault doit poursuivre ses travaux sur la voiture électrique et PSA sur le moteur hybride ou la pile combustible.

Quel est le poids économique de l’automobile dans votre département ?
Important ! L’industrie automobile proprement dite représente 2 % des effectifs salariés du département (notamment avec Citroën à Aulnay) ; mais l’ensemble de la filière, en incluant les sous-traitants, la vente et l’après-vente, emploie 10 % des salariés de la Seine-Saint-Denis.

Propos recueillis par Anita Hausser, le mardi 10 février 2009

Étiquettes: