Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Pour une paix durable

Alors que les armes sont en action à Gaza, je veux exprimer ma solidarité avec tous ceux qui souffrent et redire qu’il ne peut y avoir qu’une seule issue au Proche-Orient, celle d’une solution politique au conflit qui jette les bases d’une paix durable. La paix est le seul objectif et le seul engagement qui vaille en France comme au Proche-Orient.

Depuis le début des opérations de l’armée israélienne, le Parti socialiste a adopté une position claire, responsable et équilibrée à laquelle je veux rendre hommage. Il a proposé un plan pour mettre fin à la violence et je m’y associe pleinement. D’abord, il faut agir pour que les combats cessent immédiatement. Le vote jeudi 8 janvier de la résolution 1860 du Conseil de sécurité de l’ONU donne une base juridique et diplomatique à cet appel en faveur d’un cessez-le feu immédiat et durable. J’engage les parties en présence à s’y conformer, ce qui permettra la réouverture des corridors humanitaires permettant d’acheminer l’aide internationale aux populations palestiniennes qui en ont besoin d’urgence. L’armée israélienne doit ensuite se retirer et le Hamas doit s’engager à mettre un terme aux tirs de roquettes sur Israël. Pour s’en assurer et pour protéger les populations palestiniennes, nous demandons l’envoi d’une force internationale sous l’égide des Nations Unies. Enfin, tous les Etats doivent s’engager à soutenir le cessez-le-feu notamment en prévenant le trafic d’armes destinées au Hamas.

Au-delà de cette première étape, les incertitudes demeurent. Le degré d’engagement de Barack Obama et le résultat des élections israéliennes auront une influence décisive sur la suite. Mais tout le monde sait qu’il ne peut y avoir qu’une seule solution, celle qui répond à la double exigence du droit de l’Etat d’Israël à l’existence et à la sécurité et du droit des Palestiniens à un véritable Etat viable dans lequel ils pourront mener une vie digne. Cette position, qui était déjà celle de François Mitterrand lors de son intervention à la tribune de la Knesset en 1982, peut et doit rassembler tous les Français. Elle conduit à tenir un seul et même discours à tous les protagonistes, un discours d’humanité, de justice et de paix.

Il est impératif de tenir ce même discours en France. Je condamne avec la plus grande fermeté toutes les tentatives de récupération et tous les actes ou déclarations qui visent à importer ce conflit dans notre pays. Le recours à la violence, comme le jet de cocktails Molotov sur une synagogue dimanche soir à Saint-Denis, est inadmissible. Tout doit être fait pour éviter de telles extrémités.

Je mets tout le monde en garde contre les appels à la mobilisation en faveur d’un camp ou de l’autre. Ils peuvent conduire à ces débordements et à des amalgames sans raison d’être. Contre toutes les instrumentalisations, il faut rappeler que le conflit israélo-palestinien est avant tout un conflit de nature politique et territoriale dans un contexte géopolitique sans rapport avec la réalité de la société française. Les élus de la République, par leurs actions et leurs discours, doivent prévenir et refuser toute interprétation communautaire ou religieuse du conflit. Ils doivent privilégier la pédagogie et le sens des responsabilités pour rassembler tous les Français autour d’un seul objectif : la fin de la violence et la relance du processus de paix.

Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, c’est en ce sens que j’agirai. Je demande à chacun de faire preuve de responsabilité et d’adopter cette attitude de pacification et de rassemblement.

Étiquettes: