Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Le PS s'affiche à la Fête de l'Huma

cbmgb.jpgVous trouverez ci-dessous un article paru aujourd’hui dans Le Parisien à propos de ma visite de dimanche à la fête de l’Humanité:

> Retrouvez mon podcast en direct de la fête de l’humanité

Le nouveau président socialiste du conseil général Claude Bartolone a prôné des rapports sereins avec le Parti communiste.

CLAUDE BARTOLONE le disait hier : « La Fête de l’Humanité, c’est un endroit où on peut prendre la température de la gauche. » On a pu aussi y mesurer le changement politique. Pour la première fois depuis 1964 et la création du département de Seine-Saint-Denis, la Fête de l’Huma a eu lieu… en terre socialiste.
C’est donc dans ses habits neufs de président du conseil général que Claude Bartolone a mis les pieds au parc de La Courneuve. Et ça s’est vu. Au stand du 93, petits fours et foule de circonstance. A 10 h 45, Claude Bartolone débarque, suivi par plusieurs élus socialistes du département, Stéphane Troussel, Gilbert Roger, Mathieu Hanotin, Gérard Ségura…

« Un nouveau logiciel pour la gauche »

Image symbolique : c’est Hervé Bramy lui-même, ex-président (PC), qui accueille son successeur. Longue poignée de mains entre les deux hommes souriants qui échangent quelques mots. Hervé Bramy est cette année venu « en militant » participer à de nombreux débats. Philosophe, il confiait la veille : « Nous avons perdu le conseil général, mais le PC reste une force importante en Seine-Saint-Denis », estimant que les communistes avaient « retrouvé confiance ». Le 93 reste d’ailleurs l’un des départements les plus représentés à la Fête de l’Huma, où presque toutes les sections tenaient un stand.

Se gardant de tout triomphalisme, Claude Bartolone a réservé à son tour un accueil chaleureux à Marie-George Buffet, escortant la secrétaire nationale du PC jusqu’à l’estrade où il devait prendre la parole. Au micro, le président du conseil général souhaite « un nouveau logiciel pour la gauche ». « Quels que soient les moments difficiles que nous avons connus au sein de la gauche, notre responsabilité particulière est de montrer à ceux qui ne peuvent plus supporter Sarkozy que nous sommes en train d’imaginer un autre destin », affirme-t-il. Derrière lui, le slogan « travailler et vivre ensemble » sur un panneau. « Vivre ensemble… Ah ! je trouve ça comique », persiflait quelques minutes auparavant un communiste. Le souvenir de la défaite du PC lors des cantonales de mars dernier n’a visiblement pas quitté les mémoires. Mais Claude Bartolone refuse le terme de « réconciliation » entre le PS et le PC : « Dès le départ, il y a eu une ambiance très sereine entre nous. » Le temps des batailles électorales est passé, affirme de son côté Jean-Marie Doussin, responsable de la fédération du PC de Seine-Saint-Denis : « Nous voulons mener une bataille commune contre la privatisation de la Poste. On va se rencontrer la semaine prochaine à ce sujet. » Une autre initiative pourrait être décidée autour de la question de l’école.

Gwenael Bourdon pour Le Parisien

Étiquettes: