Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Bartolone : «Aubry peut rassembler autour d'elle»

logo_figaro.gifLE FIGARO. Martine Aubry et Pierre Moscovici ont décidé de se rapprocher en vue du congrès. Qu’en pensez-vous ?

Claude BARTOLONE. Dans un parti tellement morcelé qu’il donnait l’impression de ne plus avoir la capacité d’adresser un message fort aux Français, c’est bien que ce genre de rapprochement puisse avoir lieu.

Souhaiteriez-vous qu’il s’élargisse aux partisans de Laurent Fabius ?
Ce rapprochement est nécessaire mais il n’est pas suffisant. Il est indispensable pour le PS d’avoir une majorité stable et large. Elle doit réunir des responsables qui, malgré des points de divergences, partagent une même conception des réponses qu’attendent les Français. Il faut répondre à la politique de Sarkozy en tenant compte des nouveaux enjeux liés aux risques énergétiques, climatiques, alimentaires ou liés à la mondialisation financière. Celle-ci ne peut pas apporter d’équilibre économique et social.

Souhaitez-vous parvenir à une motion commune avec eux ?
Je souhaite que nous arrivions à travailler à la possibilité d’une motion commune qui permette de construire une nouvelle majorité au congrès, un nouveau PS, une nouvelle gauche.

Entre vous, il reste des points de divergences : sur l’Europe…
Lorsque nous avons lancé avec Arnaud Montebourg et Jean-Christophe Cambadélis l’idée d’un rapprochement, lorsque nous nous sommes retrouvés avec Martine Aubry dans le cadre des Reconstructeurs, nous n’avons pas voulu faire l’impasse sur cette question. Mais au moment de définir un nouveau projet européen, chacun se rend compte que la question institutionnelle n’est plus d’actualité.

Qui serait votre candidat au poste de premier secrétaire : Martine Aubry ou Pierre  Moscovici ?
Je ne l’ai jamais caché, Martine Aubry est une personnalité particulière, une responsable reconnue par une grande collectivité. Elle a été un des symboles de la gauche au pouvoir. Elle a la capacité de rassembler autour d’elle des gens qui n’ont pas toujours été d’accord. Les socialistes doivent montrer qu’ils peuvent travailler ensemble pour donner envie aux Français de se retrouver dans un projet porté par la gauche.

Partagez-vous la critique sur l’immobilisme du PS ?
Depuis dix ans, il y a eu trop de moments où la tactique a prévalu sur le fond. Nous aurions pu éviter le référendum interne. Nous aurions pu avoir une démarche plus collective pour désigner notre candidat à la présidentielle et ne pas le voir imposer par les médias et les sondages. Nous aurions pu mettre davantage le parti au travail. La prochaine direction doit mettre au point un pacte de rassemblement s’adressant à tous ceux qui veulent reconstruire le PS et la gauche.

Les partisans de Hollande appellent aussi au rassemblement…
Nous avons déjà eu l’occasion, lors des congrès de Dijon et du Mans, d’assister à ce genre de déclarations favorables au rassemblement. Mais il faut en tirer les leçons. Quand un rassemblement se fait pour des raisons tacticiennes, il ne permet pas de préparer de vraies alternances.

Propos recueilli par Nicolas Barotte

Étiquettes: