Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Le “Grand Paris” débattu en séance extraordinaire du conseil général du 93

BOBIGNY, 12 juin 2008 (AFP) – Des élus de Seine-Saint-Denis, invités à débattre du « Grand Paris », ont critiqué jeudi l’inefficacité du « millefeuille » institutionnel français et réclamé, y compris à droite, un rééquilibrage financier entre départements franciliens. Vingt élus de droite et de gauche ont pris la parole lors d’une séance extraordinaire du Conseil général consacrée à l’avenir de la métropole, avant la réunion, le 18 juin à Créteil, des présidents de départements de gauche d’Ile-de-France sur ce thème.

L’objectif était de « dégager des convergences » et « remettre de l’ordre » dans un débat « marqué par une extrême confusion », a expliqué le président de l’assemblée départementale Claude Bartolone (PS). Il propose une ligne directrice: « répondre aux besoins des habitants », en matière de transports et de logements d’abord, « parler projet » plutôt que « structure ». La question d’une forme nouvelle de gouvernance a néanmoins occupé beaucoup de temps.

Pour M. Bartolone, « la bonne réponse pour lever l’hypothèque institutionnelle » serait des régions « plus vastes et moins nombreuses », avec des départements aux périmètres inchangés. Il suggère de transformer la « Conférence métropolitaine », structure de concertation des communes limitrophes de Paris lancée en 2006 par Bertrand Delanoë, en « syndicat d’étude et de programmation » pour « d’ores et déjà planifier la mise en oeuvre » de projets. La quasi-totalité des élus a défendu la « pertinence » du département, échelon « de proximité » que le sénateur UMP du département Philippe Dallier propose de supprimer en petite couronne.

« Pas de révolution, mais des évolutions », a souhaité Jacques Chaussat (groupe UMP-NC), appelant à clarifier les compétences entre Etat, région et départements, un « millefeuille » source d' »émiettement des centres de décisions » qui doit être « remis à plat », pour Jacqueline Rouillon (PCF). M. Chaussat propose un « grand club », avec des représentants de l’Etat et des départements, pour élaborer « un système de péréquation financière interdépartementale » répondant « aux exigences de solidarité, cohésion sociale, développement et compétitivité économique pour notre métropole ».

Communistes et socialistes réclament plus radicalement une « réforme de la fiscalité locale » pour répartir les ressources entre villes riches et pauvres. « La première étape est l’égalité financière », a insisté M. Bartolone. Il a relevé que Paris et les Hauts-de-Seine disposent de 80% de la taxe professionnelle pour 60% de la population. Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne en reçoivent 20% pour 40% de la population.

Étiquettes: