Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

On retombe dans les erreurs de la présidentielle

logo_expresse.gifLe président PS du conseil général de Seine Saint-Denis Claude Bartolone, proche de Laurent Fabius, critique le combat dans lequel se sont engagés Ségolène Royal et Bertrand Delanoë pour la conquête du PS. Il appelle plus que jamais les autres ténors du parti à faire d’abord passer la bataille des idées.

Que pensez-vous du duel sémantique que se sont livrés ce week-end Ségolène Royal et Bertrand Delanoë?

C’est un débat que ne méritent pas les électeurs qui nous ont accordé leur confiance lors des élections municipales et cantonales. Lorsqu’on s’adresse aux Français sur des thèmes de gauche -conditions de vie, pouvoir d’achat, problèmes sociaux- les Français nous entendent. Là, on assiste à un jeu subtil de la part de Bertrand Delanoë et de Ségolène Royal pour occuper le même champ politique tout en cherchant à tout prix à se différencier. On retombe dans les erreurs de la campagne présidentielle, à savoir la priorité donnée au champ sociétal ou à la conquête de l’électorat centriste. Plus ces deux-là parlent, plus les adhérents du PS penchent pour la motion « Wait and See ». En clair, ils attendent de savoir si une autre voie est possible. Nos sympathisants, eux, sont beaucoup plus durs: ils nous disent avoir le sentiment que ce sont les gens de droite les premiers opposants à Nicolas Sarkozy!

Justement, la troisième voie incarnée par les reconstructeurs a-t-elle une chance d’aboutir?

Par rapport au spectacle donné par les deux autres prétendants, nous avons clairement une responsabilité. Je me réjouis que 600 personnes se soient inscrites pour écouter le 1er juin à Paris Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Martine Aubry, des amis de Dominique Strauss-Kahn et de Laurent Fabius discuter ensemble pour bâtir une réponse à la politique de Nicolas Sarkozy. Non pas une réponse tactique, mais une réponse sur le fond. Pendant longtemps, les strauss-kahniens et les fabiusiens se sont targués de posséder les meilleurs experts du pays, ça ne nous a pas empêchés de perdre en 2007 notre troisième présidentielle consécutive! Si les socialistes doivent naturellement s’inscrire dans le monde tel qu’il est, nous devons par exemple redéfinir le périmètre de l’Etat pour savoir où il peut être acteur et stratège. Plutôt qu’une analyse de mots, les Français veulent que nous apportions des solutions aux crises alimentaire ou financière. Pour l’instant, nous n’avons pas grand chose à proposer comme alternative au capitalisme financier…

Vous êtes toujours candidat au poste de premier secrétaire du PS?

Il faut d’abord que les uns et les autres nous montrions notre capacité de remise en cause et de projection dans l’avenir. Allons au bout de notre réflexion sur notre passé collectif, élaborons une réponse commune et ensuite, on verra qui est le mieux placé pour occuper la fonction de premier secrétaire. Compte tenu de mon parcours, je fais partie de la demi-douzaine de personnes susceptibles d’y aller.

Par Propos recueillis par Thierry Dupont

Étiquettes: