Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Bartolone : audit sur la sécurité et l'état des collèges en Seine-Saint-Denis

logoafp.gifCLICHY-SOUS-BOIS (Seine-Saint-Denis), 18 avr 2008 (AFP) – Le président du Conseil général de Seine-Saint-Denis Claude Bartolone (PS) a annoncé vendredi le lancement de deux audits, l’un sur l’état général, l’autre sur la sécurité, de tous les collèges du département.

« Nous ferons des propositions pour sécuriser l’ensemble des collèges mais pas question de les transformer en collèges-prison », a ajouté M. Bartolone, lors d’une visite du collège Louise-Michel à Clichy-sous-Bois, où il a promis des travaux de sécurisation « d’urgence » après des incidents violents récents (jets d’acide).

Pour le député UMP de la circonscription Eric Raoult, « la pose d’un système de vidéosurveillance est absolument indispensable » dans ce collège, et à Romain-Rolland, un collège voisin où des travaux d’urgence ont également été annoncés par M. Bartolone. Lundi, huit bouteilles remplies d’acide avaient été jetées dans la cour du collège Louise-Michel, où elles ont explosé sans faire de blessé. Un nouveau jet a été déploré jeudi, lancé encore de l’extérieur.

En dix jours, plusieurs collèges du 93 en subi de tels jets, « un amusement de gamin très dangereux » en augmentation dans ce département où plusieurs dizaines de ces incidents sont recensés chaque année, selon l’Inspection. Pour ce collège vétuste aux accès vulnérables, jamais rénové depuis sa construction il y a 30 ans, une décision « de réhabilitation ou de destruction » sera prise avant la fin 2008, selon M. Bartolone.

« On voit bien que ce collège est à bout de souffle », a-t-il reconnu alors que des professeurs lui faisaient part de leurs problèmes « de moyens matériels et humains » dans ce collège classé Ambition réussite de 750 élèves (dont 401 boursiers), surnommé « Louise misère » par les élèves.

Depuis plusieurs semaines, une partie d’entre eux ont fait grève à plusieurs reprises pour réclamer un poste de CPE, la non-suppression des postes d’enseignants prévues (2 selon l’Inspection) et des conditions plus sereines de travail.
« On ne demande pas des privilèges », ont-ils dit. « Les effectifs d’élèves baissent mais nous maintenons les moyens », leur a répondu l’inspecteur-adjoint Marc Bablet. Le rectorat a promis une inspection générale au collège.

Étiquettes: