Your message has been sent, you will be contacted soon
Site de Claude Bartolone

Call Me Now!

Fermer

Claude Bartolone accuse Ségolène Royal d’avoir mené “une candidature de duplicité”

logoap.gifPARIS (AP) – La candidature de Ségolène Royal à l’élection présidentielle était une « candidature de duplicité », dénonce le député socialiste de Seine-Saint-Denis Claude Bartolone dans un entretien publié dimanche dans « Le Parisien/Aujourd’hui en France ».

Après le désaveu de la présidente de la région Poitou-Charentes à l’égard de la généralisation des 35 heures et du Smic à 1.500 euros, « j’imagine la surprise d’un certain nombre d’électeurs de gauche », lance ce proche de Laurent Fabius. Et de renchérir: « Ils espéraient une présidente de l’authenticité, ils découvrent rétrospectivement qu’ils ont soutenu une candidature de duplicité ».

« Ses dernières déclarations sur le Smic sont proprement incroyables. Elle n’a donc pas compris que son absence de propositions sur le terrain économique et social était l’une des raisons majeures de son échec », déplore Claude Bartolone.

Quant à la séparation du couple Royal-Hollande, « c’est leur affaire », « mais cela donne un drôle de sentiment de constater que, sur ce sujet aussi, ce n’était pas forcément la vraie Ségolène Royal qui était candidate devant les Français », déclare-t-il.

Interrogée sur la proposition de l’ex-candidate à la présidentielle de désigner le candidat pour 2012 dès 2008, il estime que « c’est ne rien comprendre à l’échec historique des socialistes au second tour de la présidentielle ». « Notre candidate a fait le plus mauvais score d’un candidat socialiste lors d’un second tour face à un candidat de droite depuis 1965 », rappelle Claude Bartolone.

Selon lui, « lors de cette présidentielle, les Français étaient disponibles pour choisir un projet de gauche. Encore aurait-il fallu le leur proposer ». « Avant de penser à celui ou celle qui portera nos couleurs en 2012, nous avons donc à travailler sur ce que doit être le projet de la gauche dans le nouveau monde où nous sommes entrés ».

Dans « Le Journal du Dimanche », M. Bartolone juge également que Ségolène Royal, « au cours de sa campagne, n’a pas fait la démonstration de sa capacité à faire travailler les socialistes ensemble ». « Ce qui explique le sentiment d’isolement qu’elle a pu éprouver et ce qui serait le problème si elle voulait prendre le parti ». AP